»
»
»
Consultation

La privatisation de l'aéroport de Toulouse tourne au casse-tête chinois

La privatisation de l'aéroport de Toulouse tourne au casse-tête chinois

Un consortium piloté par des fonds chinois aurait fait la meilleure offre...

La privatisation de l'aéroport de Toulouse tourne au casse-tête chinois
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La privatisation de l'aéroport de Toulouse Blagnac met l'Etat dans l'embarras... Selon des sources concordantes, sur les trois offres déposées, celle d'un consortium chinois et canadien serait la plus généreuse, autour de 300 millions d'euros. Ce montant serait significativement supérieur aux offres remises par les deux candidats français, Aéroports de Paris (ADP) d'une part, et Vinci d'autre part. Quant aux autres candidats potentiels (Macquarie, Ferrovial, AviAlliance), ils ont finalement abandonné le dossier.

Les installations sensibles d'Airbus seraient exposées

L'offre du canadien SNC-Lavalin, associé aux investisseurs chinois Friedmann Pacific Investment (FPI), l'aéroport de Shenzhen et Shandong High Speed Group, embarrasserait le gouvernement français en raison de la position dominante des partenaires chinois dans ce consortium et de la proximité immédiate d'installations sensibles d'Airbus, qui jouxtent les pistes.

L'Etat qui détient 60% de l'aéroport de Toulouse Blagnac (le solde de 40% appartenant aux collectivités locales) a lancé en juillet dernier la procédure de cession de 49,99% du capital de la société, avec une option pour vendre 10% supplémentaires. L'opération est pilotée par l'Agence des participations de l'Etat.

La situation actuelle pourrait désormais entraîner un report de plusieurs semaines le choix du repreneur, le temps d'organiser de nouvelles consultations avec les collectivités locales. Vendredi, le président du Conseil économique, social et environnemental (Ceser) de la région Midi-Pyrénées, s'est d'ores et déjà insurgé contre la possibilité d'une vente à des intérêts chinois.

Dans un communiqué, Jean-Louis Chauzy, a affirmé que "le Ceser ne saurait admettre qu'un groupe chinois devienne propriétaire d'un aéroport aussi stratégique et rentable que celui de Toulouse-Blagnac, où se situent les activités de leaders mondiaux de l'aéronautique que sont ATR et Airbus". M. Chauzy a demandé à pouvoir analyser les offres au-delà du 17 novembre, la date fixée par Bercy.

Toulouse, future plaque tournante du tourisme chinois ?

A noter que FPI est l'actionnaire de référence de China Aircraft Leasing Company (CALC), un loueur d'avions qui détient environ 30% du marché chinois de la location. Client exclusif d'Airbus, CALC a signé début novembre un protocole d'accord pour l'achat d'une centaine d'Airbus A320 au constructeur aéronautique européen.

Selon des sources proches du dossier, les investisseurs chinois auraient de grandes ambitions pour développer l'aéroport de Toulouse-Blagnac, dont ils compteraient faire une plaque tournante du trafic entre l'Europe et l'Asie, afin d'y faire transiter une partie des quelque 100 millions de touristes chinois qui voyagent chaque année dans le monde. Ils auraient aussi prévu de développer à Toulouse le fret et les voyages d'affaires...

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com