La Grèce adopte de nouvelles réformes impopulaires

La Grèce adopte de nouvelles réformes impopulaires

En contrepartie, elle doit obtenir une nouvelle tranche du plan d'aide accordé en juillet 2015.

La Grèce adopte de nouvelles réformes impopulaires
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le Parlement grec a adopté lundi un nouveau paquet de mesures impopulaires visant à réformer le système fiscal ainsi que celui des retraites, afin de convaincre les créanciers du pays de débloquer une nouvelle tranche du plan d'aide de 86 milliards d'euros accordé en juillet dernier.

Réformes impopulaires

Les réformes votées doivent permettre de dégager des économies à hauteur de 3% du PIB. Elles prévoient notamment une augmentation de l'imposition des hauts revenus et revoient le montant des retraites, avec création d'une pension nationale de 384 euros par mois après vingt ans de cotisation, retrait progressif d'une allocation versée aux petites retraites et modification du calcul des pensions. Le pouvoir de la rue aura donc eu peu d'influence : les syndicats avaient appelé à deux journées de grève ce week-end pour demander aux députés de rejeter ces mesures, la population ayant déjà été soumise à de nombreuses cures d'austérité.

Vers un allègement de la dette ?

Le feu vert du Parlement intervient alors que les ministres des Finances des 19 pays de la zone euro se retrouvent ce lundi à Bruxelles. S'ils estiment que les réformes votées sont suffisantes, ils pourront accorder plus de 5 milliards d'euros à la République hellénique afin de rembourser des créances qui arrivent à échéance en juin/juillet.

Les ministres devraient également aborder la question de l'allègement de la dette, réclamée de longue date par Athènes. Alors que le Fonds monétaire international a appelé l'Europe à assouplir sa position, l'Allemagne est encore divisée sur le sujet. Le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, juge un allègement inutile, mais son homologue à l'Economie, Sigmar Gabriel pense le contraire. "Chacun sait qu'un allègement de la dette interviendra à un moment ou à un autre. "Essayer de se dérober encore et encore n'a pas de sens", a-t-il déclaré ce week-end.

©2016-2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !