Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

La crise du coronavirus frappe durement les avocats

La crise du coronavirus frappe durement les avocats

Déjà secoués par la grève contre la réforme des retraites en début d'année, ils sont nombreux à avoir renoncé à se payer pour traverser la crise...

La crise du coronavirus frappe durement les avocats
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les "robes noires" font partie elles aussi des victimes de la crise du coronavirus et du confinement... Alors que les tribunaux et les cabinets sont fermés, près de 90% des avocats estiment que l'activité restera faible, voire très faible, dans les prochains mois, selon une étude de l'Observatoire du Conseil national des barreaux, menée auprès de 11.000 avocats.

Le document, cité par le journal 'Les Echos', montre que 77% des conseils interrogés "se sont même résolus à renoncer partiellement ou en totalité à leur rémunération pour pouvoir payer leurs charges".

Les avocats individuels et les associés, qui détiennent des parts dans un cabinet, sont les plus nombreux en France, puisqu'ils représentent 80% de la profession. "Parmi eux, 7 sur 10 observent une baisse de plus de 50% de leur activité. Ils sont même 41% à avoir dû cesser totalement leurs activités", écrit le journal économique...

Fatigue des robes noires

La situation est très tendue aussi pour les collaborateurs libéraux (leur contrat peut être rompu facilement). Plus de quatre sur dix (44%) subissent une baisse de leur activité de plus de 50% sur la clientèle du cabinet, et 70% observent "une plus forte diminution encore sur leur clientèle personnelle". Ils sont 60% à avoir placé leur activité en arrêt partiel.

Mieux protégés, les collaborateurs salariés sont 45% à assurer que l'épidémie n'a pas affecté leur rythme et charges de travail. Mais ces "privilégiés" en pleine crise représentent seulement 1% des 70.000 avocats français.

Les avocats semblent fatigués, déjà secoués par deux mois de grève en début d'année contre la réforme des retraites. Interrogés sur leurs priorités immédiates, près de 30% disent vouloir changer de métier...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !