»
»
»
Consultation

La crise chypriote réveille les inquiétudes des Français !

La crise chypriote réveille les inquiétudes des Français !

"Nous ne sommes pas du tout dans une situation chypriote", dit Moscovici...

La crise chypriote réveille les inquiétudes des Français !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les Français vont-ils revenir aux bons vieux bas de laine ? Selon un sondage réalisé par l'IFOP pour Sud-Ouest Dimanche, la crise financière chypriote aurait dégradé l'image des banques auprès du grand public. Les Français redoutent d'être confrontés à une situation analogue à celle des Chypriotes en cas de détérioration de la crise économique et des comptes publics. Pierre Moscovici se veut néanmoins rassurant...

40% des Français redoutent une taxation de leurs dépôts bancaires

Désormais, 40% des Français redouteraient une taxation de leurs dépôts bancaires en cas d'aggravation de la situation de notre pays. D'ailleurs, 13% d'entre eux sont même certains de cette éventualité. A l'inverse, 59% des sondés considèrent improbables d'éventuelles ponctions de l'Etat sur leurs comptes bancaires. Les personnes appartenant aux catégories socioprofessionnelles les plus aisées sont les moins portées à croire en de telles mesures (35%). La sensibilité politique des épargnants ne modifie guère l'approche des sondés.

"Les dépôts des Français seront protégés"

S'exprimant sur Canal+ dans le cadre de l'émission 'Dimanche+', Pierre Moscovici a tenu à rassurer... Les dépôts des Français seront protégés, quoi qu'il arrive. Par ailleurs, ça n'arrivera pas parce que nous ne sommes pas du tout dans une situation chypriote, a assuré le Ministre français de l'Economie. Le Ministre a aussi rappelé qu'il ne pouvait pas y avoir en Europe de taxation des dépôts particuliers de montants inférieurs à 100.000 Euros, car c'est la garantie des dépôts. Par ailleurs, Pierre Moscovici a qualifié de totalement aberrante l'économie chypriote. Il s'agit d'une économie casino qui était au bord de la faillite, et il fallait, et il faut faire quelque chose parce que sinon c'est vous, c'est moi, c'est nous qui allons payer la facture, a-t-il conclut.

©2013-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com