La Commission européenne met sur la table un embargo total sur le pétrole russe

La Commission européenne met sur la table un embargo total sur le pétrole russe

Cette proposition représente un tournant pour les Vingt-Sept, qui n'étaient jusqu'ici pas parvenus à s'accorder en raison de la grande dépendance de plusieurs pays aux énergies fossiles russes.

La Commission européenne met sur la table un embargo total sur le pétrole russe
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Il s'agit du sixième paquet de sanctions du bloc contre la Russie, après son offensive militaire lancée il y a plus de deux mois en Ukraine. La Commission européenne (CE) a proposé mercredi un embargo total sur le pétrole russe ainsi que l'exclusion de nouvelles banques russes du réseau interbancaire SWIFT et l'interdiction de diffusion de médias russes en Europe.

Cette proposition doit encore être validée par les 27 Etats membres avant d'entrer en vigueur. Elle représente un tournant pour les Vingt-Sept, qui n'étaient jusqu'ici pas parvenus à s'accorder sur un embargo sur le pétrole russe en raison de la grande dépendance de plusieurs pays aux énergies fossiles russes. Le président russe Vladimir "Poutine doit payer le prix, et le prix fort, pour son agression brutale" contre l'Ukraine, a déclaré la présidente de l'exécutif européen, Ursula von der Leyen, lors d'un discours de présentation de ce nouveau train de sanctions au Parlement européen réuni à Strasbourg.

Un embargo total

"Nous cesserons progressivement l'approvisionnement en pétrole brut dans un délai de six mois et celui en produits raffinés d'ici à la fin de l'année", a annoncé Ursula von der Leyen en précisant qu'"il s'agira d'un embargo total sur l'ensemble du pétrole russe, livré par voie maritime ou via des oléoducs, brut ou raffiné".

"Ça ne sera pas facile car certains Etats membres sont fortement dépendants du pétrole russe. Mais nous nous devons de le faire", a-t-elle noté.

Des dérogations à cet embargo pourraient être envisagées pour la Hongrie et la Slovaquie, des pays très dépendants du pétrole russe, sous la forme d'une exemption ou d'une longue période de transition - même si cette éventualité n'a pas été évoquée par la présidente de la Commission dans son discours. La Hongrie a déjà indiqué qu'elle était contre cette mesure.

Une source européenne a cependant fait savoir à l'agence de presse Reuters que la CE proposait que la Hongrie et la Slovaquie puissent continuer à acheter du pétrole brut jusqu'à la fin 2023, un aménagement destiné à préserver le front uni que l'Europe est parvenue à maintenir jusqu'ici.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !