L'UE revoit sa copie sur le pétrole russe pour convaincre les réticents

L'UE revoit sa copie sur le pétrole russe pour convaincre les réticents

Selon un diplomate européen, la Commission propose désormais que la Hongrie et la Slovaquie, très dépendantes du pétrole russe, puissent continuer à importer du pétrole par oléoduc jusqu'à la fin 2024.

L'UE revoit sa copie sur le pétrole russe pour convaincre les réticents
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Hongrie , Slovaquie, République tchèque... Plus dépendants au pétrole russe, ces pays bloquent la proposition de la Commission européenne d'embargo. Pour tenter de convaincre les Etats membres les plus réticents de l'adopter, Bruxelles a donc revu sa copie. La nouvelle proposition devait être soumise aux ambassadeurs des Vingt-Sept lors d'une réunion qui a débuté ce vendredi matin, selon les informations de l'agence de presse Reuters.

Selon un diplomate européen, la Commission propose désormais que la Hongrie et la Slovaquie, très dépendantes du pétrole russe et qui ne disposent pas de moyens d'approvisionnement alternatifs, puissent continuer à importer du pétrole par oléoduc jusqu'à la fin 2024, soit un an de plus que prévu initialement.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a déclaré vendredi matin que la proposition de l'UE était inacceptable en l'état, tout en se disant prêt à négocier. Il a évoqué une période de transition de cinq ans pour son pays.

Dérogation pour la Tchéquie

La nouvelle proposition de la Commission prévoit également une dérogation jusqu'à la mi-2024 pour la République tchèque, à moins que la construction d'un oléoduc transalpin soit achevée d'ici là, a dit le diplomate.

Une autre source européenne avait auparavant déclaré à Reuters que la Commission avait accepté d'allonger à trois mois la période de transition avant l'interdiction du transport de pétrole russe sur le territoire de l'UE, contre un mois dans la proposition présentée mercredi par Ursula von der Leyen.

Elle a également intégré dans sa proposition des aides aux investissements destinés à améliorer les infrastructures pétrolières et à réduire l'impact des sanctions imposées à la Russie, a dit cette source. Ursula von der Leyen a répété vendredi que l'UE devait se libérer du pétrole russe, tout en reconnaissant que l'embargo aurait un impact sur l'économie des Vingt-Sept.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !