»
»
»
Consultation

L'OCDE "allume" la France dans son dernier rapport

L'OCDE "allume" la France dans son dernier rapport

Contre + 0,3% dans sa précédente prévision

L'OCDE 'allume' la France dans son dernier rapport
Crédit photo © OCDE

(Boursier.com) — L'OCDE a publié ce mardi son rapport sur la France... L'Organisation exhorte une fois de plus Paris à lancer la mue de son économie, et à maintenir le cap de l'équilibrage budgétaire. La France est l'une des rares économies de l'OCDE dans laquelle les inégalités de revenus ne se sont pas accrues sur les 25 dernières années. Mais la taille, la complexité et l'instabilité du système fiscal pèsent sur l'économie, appelant à une simplification profonde, écrit l'organisation basée à Paris dans l'introduction de ce gros document de 156 pages, qui est également consacré à la situation des jeunes et à la nécessité de changer la donne.

Croissance limitée à 0,1% en 2013

Côté prévisions, l'OCDE estime que la croissance du PIB français se limitera à 0,1% cette année (contre 0,3% envisagé précédemment), avant d'atteindre 1,3% l'année prochaine. Le taux de chômage devrait se dégrader à 11% cette année, puis à 11,2% en 2014, tandis que l'environnement inflationniste resterait bénin (1,3% cette année puis 1,2% en 2014). La dette publique au sens de Maastricht ressortirait à 94,5% du PIB cette année et à 96,1% en 2014, après 91,3% en 2012. Le déficit budgétaire serait ramené à 3% du PIB en 2014, après 3,5% en 2013.

Sans surprise l'OCDE appuie sur la nécessité pour Paris de réduire ses dépenses publiques pour améliorer le déficit budgétaire : "Des réformes du marché du travail - notamment une nouvelle définition du licenciement économique, la simplification des procédures de licenciement et l'amélioration de l'efficacité de la formation professionnelle et des services d'accompagnement vers l'emploi - sont indispensables pour stimuler la création d'emplois", écrit l'organisation, qui salue au passage l'accord du 11 janvier conclu entre le patronat et les syndicats.

Réduire les dépenses de santé

L'organisation estime que la baisse des dépenses constitue une nécessité pour les retraites. Pour la future réforme, elle prône un changement total pour aller vers un système à points ou à comptes notionnels (variant en fonction de l'espérance de vie de l'assuré, de sa génération mais aussi de son âge de départ), des pistes qui semblent écartées par le gouvernement... Elle propose de supprimer l'exemption des cotisations d'assurance maladie dont bénéficient les retraités sur leurs pensions, ainsi que leur traitement fiscal favorable au regard des impôts locaux et des plus-values immobilières, "même si cela peut nécessiter de relever le minimum vieillesse". Concernant la santé, elle prône une favorisation des soins ambulatoires, en ne remboursant que le prix des génériques et en supprimant des médicaments inefficaces. "Les dépenses publiques de santé pourraient être réduites de 1.3 point de PIB environ sans nuire à la qualité des soins", écrit l'organisation.

Côté collectivités, l'idée est même de supprimer les départements et de fusionner les petites communes. "En moyenne, une commune française compte environ 1.800 habitants contre 5.500 pour l'Union européenne et 55.000 au Danemark. L'intercommunalité, qui aurait dû permettre de rationaliser les dépenses entre communes, est venue dans les faits surtout ajouter un niveau supplémentaire à une organisation territoriale déjà complexe", estime l'OCDE.

Un RSA pour les jeunes

L'organisation s'est également penchée sur les difficultés des jeunes français. "Les inégalités scolaires se creusent depuis plus d'une décennie, situation aggravée par le fait qu'elle provient de la baisse marquée des résultats des élèves les plus en difficulté", écrit-elle, mettant aussi l'accent sur le manque de logements et d'aides financières adaptées. Elle propose donc l'extension du RSA aux jeunes adultes, afin de réduire la pauvreté et de retrouver le chemin de l'emploi. En échange, les intéressés auraient une obligation de se former, de chercher un emploi et d'accepter les offres d'emploi proposées. Le barème de ce RSA pour les jeunes évoluerait avec l'âge, de même que le montant du salaire minimum, dont "le niveau élevé évince les jeunes les moins qualifiés du marché du travail", estime l'OCDE.

©2013-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com