»
»
»
Consultation

L'Observatoire des inégalités s'inquiète de la précarité de l'emploi en France

L'Observatoire des inégalités s'inquiète de la précarité de l'emploi en France

Le taux de précarité, c'est-à-dire la proportion d'actifs en CDD, intérim ou apprentissage, est passé de 12% en 2007 à 13,6% en 2017 et poursuit son augmentation depuis trois ans.

L'Observatoire des inégalités s'inquiète de la précarité de l'emploi en France
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La précarité de l'emploi augmente de façon "inquiétante" en France depuis 2014, après une stabilisation de près de 10 ans, accentuant les risques d'inégalités, selon l'Observatoire sur les inégalités, qui publie mardi son troisième rapport dédié.

Le taux de précarité, c'est-à-dire la proportion d'actifs en CDD, intérim ou apprentissage, est passé de 12% en 2007 à 13,6% en 2017 et poursuit son augmentation depuis trois ans. Cela "constitue un phénomène nouveau et inquiétant", estiment les auteurs du rapport qui ont passé au crible les inégalités de revenus, d'éducation, de travail et de mode de vie.

Plus largement, près de huit millions de personnes, soit un actif sur quatre, se trouvent en situation de "mal-emploi", c'est-à-dire en contrat de CDD, intérim, au chômage, ou encore ont arrêté de chercher un travail.

Visage des "uberisés"

"Cette France de l'insécurité sociale a un visage : celui des employés et des ouvriers peu ou non qualifiés, des 'ubérisés", des indépendants (en bas de l'échelle). Pour une grande part, cette France a animé les manifestations des 'Gilets jaunes'", écrit le directeur de l'Observatoire, Louis Maurin.

"Il leur est difficile de se projeter dans l'avenir, d'emprunter ou de louer un appartement. L'exigence de flexibilité qui pèse sur (eux) se traduit par des horaires décalés ou impossible à prévoir", peut-on lire dans le rapport qui met en garde contre la "dérégulation du droit du travail continue".

5 millions de pauvres en France

Pour l'instant, près d'un million de personnes exerçant un emploi disposent d'un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté, fixé à la moitié du revenu médian (855 euros par mois pour une personne seule en 2016).

La pauvreté touchait près de 5 millions de Français en 2016 (dernières données disponibles), si l'on fixe le seuil de pauvreté à 50% du niveau de vie médian et 8,8 millions si l'on utilise le seuil à 60%.

Elle a fortement progressé à partir de 2008 en raison de la crise financière puis stagne depuis 2012. "Mais cette stagnation est trompeuse car elle résulte en partie de l'extension de la crise aux couches moyennes", lit-on dans le rapport. Or, le niveau de vie médian de 2016 est retombé au niveau de celui de 2011.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com