»
»
»
Consultation

L'économie britannique tombe dans le rouge

L'économie britannique tombe dans le rouge

L'économie s'est contractée au deuxième trimestre outre-Manche, pour la première fois depuis 2012 !

L'économie britannique tombe dans le rouge
Crédit photo © reuters

(Boursier.com) — Cette fois, l'affaire se complique !... L'économie britannique s'est contractée au deuxième trimestre, pour la première fois depuis 2012, en raison notamment du contre-coup lié à la constitution de stocks par les entreprises en début d'année en prévision du Brexit, selon les données publiés vendredi par l'Office national de la statistique (ONS), tandis que le bras de fer commercial international initié par Donald Trump n'arrange pas les affaires des entreprises britanniques non plus...

Le produit intérieur brut de la Grande-Bretagne a ainsi reculé de 0,2% sur la période allant d'avril à juin, un chiffre inférieur à toutes les prévisions des économistes qui s'attendaient plutôt à une stagnation (0/+0,1%). Il avait progressé de 0,5% au premier trimestre, lorsque les entreprises avaient massivement constitué des stocks en prévision de la sortie du pays de l'Union européenne, alors prévue le 29 mars. La date du Brexit a depuis été repoussée à fin octobre devant l'incapacité des parlementaires britanniques à s'entendre sur le dossier...

Coup de déprime

En rythme annuel, la croissance de l'économie britannique a sensiblement ralenti au deuxième trimestre, à 1,2% contre 1,8% sur les trois premiers mois de l'année, soit son rythme le plus faible depuis début 2018.

Alors que le nouveau Premier ministre Boris Johnson a assuré que le Royaume-Uni quitterait l'Union Européenne le 31 octobre avec ou sans accord, les perspectives de croissance pour le reste de l'année sont plus que jamais incertaines...

La BoE ajuste le tir en baisse

La Banque d'Angleterre a abaissé la semaine dernière ses prévisions de croissance en raison des inquiétudes liées au Brexit, tablant désormais sur une croissance de 1,3% en 2019 contre 1,5% précédemment...

La livre sterling a amplifié ses pertes face au dollar et à l'euro après la publication de cette statistique ce matin, à respectivement 1,2118 dollar et 1,0815 euro. La monnaie britannique a perdu plus de 25% de sa valeur depuis 3 ans et demi...

Pénurie en vue ?

Dans le même temps, la psychose s'installe progressivement en Grande-Bretagne en vue de possibles pénuries de denrées alimentaires... Un Brexit sans accord fin octobre pourrait en effet entraîner des perturbations profondes dans la chaîne de distribution qui impacteraient le Royaume-Uni, estiment certains économistes. Parmi les secteurs les plus touchés figureraient l'alimentation...

"Il y aura forcément des pénuries", a expliqué hier Tim Rycroft, responsable de la "Food and Drink Federation" à la BCC... "Nous pensons même qu'il y aura de graves perturbations qui se poursuivront pendant des semaines ou des mois après le Brexit" (...) "Le 31 octobre est la pire des date pour le secteur qui prépare à cette époque les fêtes de fin d'année. Les entrepôts seront pleins et les entreprises pourront donc difficilement constituer des réserves", d'autant que l'UE mettra rapidement en place des contrôles douaniers qui retarderont l'acheminement de nombreuses denrées qui viennent du continent...

Trio gagnant

Ne ratant jamais une occasion de parier, les bookmakers ont donc commencé à coter les marchandises susceptibles de manquer d'ici la fin de l'année. Trio gagnant : selon le spécialiste des paris Paddy Power, l'essence arrive en tête avec une cote de 4 contre 1, le lait suit de près (11/1) avec les avocats (13/1).

Dans la liste, on retrouve aussi un peu plus loin le vin blanc (33/1), le gin (50/1) et encore plus loin le poulet (66/1). Paddy affiche cependant une cote alléchante de 11/4 sur la perspective de voir la chaîne de restaurant KFC se retrouver à court de poulets et fermer certains de ses boutiques britanniques avant la fin de l'année !

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com