L'actionnariat salarié, une arme anti-crise ?

L'actionnariat salarié, une arme anti-crise ?

Réponses du Panorama de l'actionnariat salarié dans le SBF 120, réalisé par Eres, spécialiste en actionnariat salarié, retraite et épargne salariale

L'actionnariat salarié, une arme anti-crise ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La crise sanitaire et économique n'a eu qu'un faible impact sur le nombre d'opérations réalisées en 2020 : 33 contre 40 en 2019, et la France conserve son rang de championne d'Europe de l'actionnariat salarié "démocratique". "Malgré une crise sans précédent, l'actionnariat salarié a prouvé sa résilience : les entreprises et les salariés ont gardé le cap et montré leur attachement à ce dispositif d'association au capital", explique Mirela Stoeva, responsable des Etudes chez Eres.

"L'actionnariat salarié est aujourd'hui très largement soutenu par le pouvoir politique... L'objectif de 10% du capital des entreprises françaises détenu par les salariés permet de disposer d'un cap clair. L'actionnariat salarié s'impose en temps de crise comme un outil incontournable d'association des salariés à la performance de leur entreprise", analyse Pierre-Emmanuel Sassonia, directeur associé d'Eres.

Pour mesurer l'impact de la crise du COVID-19, Eres s'est intéressé cette année à la productivité des entreprises et aux résultats en fonction de leur culture d'actionnariat salarié. La crise sanitaire a fait chuter le résultat d'exploitation par salarié des entreprises du SBF120 de 118% en 2020 par rapport à 2019...

L'actionnariat salarié, en rendant tous les salariés actionnaires constitue un levier de motivation très puissant, mais a-t-il permis d'amortir les effets de la crise ?

46 entreprises du SBF120 ont réalisé au moins une opération d'actionnariat salarié entre 2018 et 2019.

Ces entreprises voient leur résultat d'exploitation par salarié baisser de -44%, une performance remarquable lorsqu'on la compare à celle des 65 autres entreprises n'ayant pas réalisé d'opérations collectives (-182%).

Et parmi ces 46 entreprises, celles qui s'en sortent le mieux sont celles qui ont multiplié les opérations dans les 2 années précédant la crise : Malgré la crise, 2020 a été une très bonne année pour l'actionnariat salarié dans le SBF120

33 opérations collectives

En 2020, 33 opérations collectives ont été menées par 31 entreprises du SBF120, sous forme d'augmentations de capital réservées aux salariés ou de cessions d'actions et deux entreprises ont réalisé leur toute première opération d'actionnariat salarié en 2020. La moyenne historique est de 31 opérations par an...

Le volume de ces opérations atteint un montant équivalent à sa moyenne historique de 2,5 milliards d'euros. Cela correspond à un montant moyen par salarié souscripteur de 4.540 euros. Le record avait été atteint en 2018 avec 3,5 milliards d'euros.

Le taux de décote moyen grimpe de 18% à 20% en 2020. L'actionnariat salarié dans le SBF120 continue de séduire les salariés malgré une année remplie d'incertitudes.

En moyenne, 42% des salariés éligibles ont souscrit 60% des actions proposées. Ces taux de souscription sont très stables et peu affectés par la crise sanitaire.

Près de 2 salariés sur 5 sont actionnaires de leur entreprise dans le SBF120. La part moyenne du capital détenue par les salariés reste stable à 2,4%...

2,6 millions de salariés actionnaires

Les 2,6 millions de salariés actionnaires dans le SBF120 détiennent plus de 54 milliards d'euros d'actifs de leur entreprise. Ainsi, l'actif moyen détenu par un salarié actionnaire est de 20.643 euros.

Les salariés ayant souscrit à une opération d'actionnariat salarié (augmentation de capital réservée ou cession d'actions), réalisée par les entreprises du SBF120 entre 2006 et 2015, ont été gagnants dans avec le dividende et la décote (sans tenir compte de l'abondement) alors qu'un actionnaire normal aurait été gagnant dans 75% des cas seulement.

Avec un taux d'abondement de 100%, les salariés auraient été gagnants dans 93% des cas au bout de 5 ans.

Palmarès à suivre

Le palmarès des entreprises du SBF120 dans lesquelles les salariés profitent le plus de l'actionnariat salarié est réalisé à partir de deux indicateurs : la culture et la performance de l'actionnariat salarié. Pour y figurer, les entreprises :

-doivent avoir une très forte culture d'actionnariat salarié

-afficher les meilleures performances (avec décote et dividende, sans abondement) en cumulé, sur 5 ans, de leurs opérations d'actionnariat salarié réalisées entre 2006 et 2015. Pour la troisième année consécutive, Ubisoft, Nexity et Airbus sont les 3 entreprises où les salariés profitent le plus de l'actionnariat salarié.

Méthodologie de l'étude

Elle est basée sur des données publiques (documents d'enregistrement universel, communiqués de presse) et des informations issues de la FEAS (Fédération Européenne de l'Actionnariat Salarié).

-L'analyse ne porte que sur les opérations d'actionnariat salarié "collectives" (proposées à l'ensemble des salariés, au moins en France) et non pas aux opérations ciblées.

-L'historique est mis à jour en fonction de l'évolution de l'indice SBF120. La base enregistre toutes les opérations menées par les entreprises du SBF120.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !