Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

JCDecaux prend la voiture balai avec son Vélib' à Paris

JCDecaux prend la voiture balai avec son Vélib' à Paris

Le trio JCDecaux/RATP/SNCF pour la gestion de la flotte Vélib' à Paris a été écarté au profit de Smoove, une entreprise de Montpellier. Cette décision constitue un échec commercial pour JCDecaux, et menace l'emploi des 350 salariés de Vélib'...

JCDecaux prend la voiture balai avec son Vélib' à Paris
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Ce sera la voiture balai pour JCDecaux ! Ainsi en a décidé la commission d'Appel d'Offres du Syndicat Autolib' Vélib' Métropole qui a confirmé sa décision de retenir l'offre du groupement Smoove SAS- Marfina SL/ Indigo Infra SA/ Mobivia Groupe dans le cadre du renouvellement du marché du Vélib'.

Coiffé sur la ligne dans le sprint final d'attribution de contrat, JCDecaux s'est étonné de cette décision de la commission...

JCDecaux, mieux disant technique

Le Groupement JCDecaux/RATP/SNCF se dit " d'autant plus surpris de la décision reçue vendredi 31 mars qu'il a obtenu la meilleure note sur tous les critères de notation non financiers, c'est-à-dire le critère 'exploitation, entretien, maintenance du dispositif, communication institutionnelle, suivi du service' et le critère 'conception, fabrication et déploiement du système' ".

Smoove en selle

La commission d'appel d'offres du Syndicat Autolib' Vélib' Métropole, qui fédère Paris et les communes associées au dispositif, a classé en tête de ses choix l'offre de Smoove. Elle attribuerait donc ce contrat à la société montpelliéraine pour une durée de 15 ans à compter du 1er janvier 2018.

Le choix de Smoove doit encore être entériné, mais la signature d'attribution de marché est prévue le 12 avril.

Dumping social ?

JCDecaux considère que son concurrent "ne l'emporte que sur le critère du prix". Selon le spécialiste de le communication extérieure, pour qui cette décision constitue un sérieux revers commercial, "le Groupement retenu présenterait une offre financièrement étonnamment inférieure à celle du Groupement JCDecaux/ RATP/SNCF qui s'est pourtant positionné au prix le plus juste possible au regard du niveau de sécurité, de qualité et du nombre de collaborateurs affectés que nécessitent les enjeux du nouveau Vélib'.

Le Groupement s'inquiète que cet écart se fonde sur un dumping social, avec une proposition excluant la reprise de l'ensemble des personnels et reposant sur de nouvelles équipes inexpérimentées, moins nombreuses et à des conditions sociales et salariales dégradées".

Menace sur l 'emploi

Ce revers commercial fragilise l'emploi des 315 salariés affectés à Vélib' depuis 10 ans, JCDecaux ayant décroché ce contrat en 2007. Les salariés de Vélib' ont d'ailleurs prévu de générer des perturbations sur le système, afin d'obtenir des garanties de maintient de leur emploi.

JCDecaux rappelle d'ailleurs à propos du nouveau projet : "Malgré les demandes réitérées du Groupement JCDecaux/RATP/SNCF tout au long de la procédure, il n'a pas été prévu de reprise de plein droit des équipes par le nouvel exploitant". JCDecaux assure vouloir mettre "tout en oeuvre pour l'obtenir".

Vigilance sociale

Le Groupement JCDecaux/ RATP/ SNCF va d'ailleurs demander que "toutes les précisions sur le dimensionnement des équipes ainsi que leurs conditions sociales et salariales soient rendues publiques. JCDecaux "rexaminera ces éléments avec la plus grande attention avant d'en tirer les conséquences juridiques qui s'imposent".

Rappelons que 10% des Parisiens sont abonnés à Vélib', soit plus de 300 000 personnes...

©2017-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !