»
»
»
Consultation

Jacques Attali demande un "choc de réformes"

Jacques Attali demande un "choc de réformes"

En urgence...

Jacques Attali demande un 'choc de réformes'
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Ancien conseiller de François Mitterrand à l'Elysée, Jacques Attali livre ses conseils à François Hollande... A quelques heures de la conférence de presse du président de la République, M. Attali lui demande de procéder à un "choc de réformes" et de "faire preuve de courage politique", en agissant rapidement, avant l'échéance des municipales de 2014. Dans un entretien publié ce matin par 'Les Echos', le conseiller dit attendre du président socialiste qu'il donne "un cap précis et concret, et indique ce qu'il compte faire pendant les quatre prochaines années", tout en rappelant que la situation de la France, dont il a héritée, était "bien pire qu'il ne pensait"...

Plus vite !

Jacques Attali estime cependant que François Hollande a fait "beaucoup de choses (dans le cadre de sa première année au pouvoir), déjà bien plus que son prédécesseur pendant le même temps", mais qu'il "aurait fallu aller plus vite". Ainsi, pour remédier au problème majeur de la dette, "il faut maintenant faire des efforts colossaux, ce qui est d'autant plus difficile que la France n'y est pas habituée. Il est grand temps de désintoxiquer le drogué" !

Priorité absolue

Pour M. Attali, la priorité absolue est la réforme des retraites, pour laquelle il préconise de passer de 42 à 44 années de cotisation d'ici à 2025 afin de rétablir l'équilibre financier du système de retraire. Les autres urgences sont, selon lui, une réforme de la formation professionnelle et une réforme de l'éducation, et notamment de l'école primaire, "qui est en plein déclin". Il suggère aussi de "supprimer les départements et le cumul des mandats, de s'attaquer aux rentes et aux professions réglementées, de réformer le système de santé et le logement", ainsi que de réduire les dépenses des ministères de 10% et celles des collectivités locales d'"au moins 5%".

Cadre stable

Enfin, sur le plan économique, il juge important de "créer le cadre pour que les entreprises du monde aient envie d'investir en France". Au sujet de fiscalité des plus-values de cession de parts d'entreprises, il salue "la réduction de la fiscalité", mais estime qu'il faudrait la faire entrer en vigueur dès cette année et "s'assurer que les règles ne changent plus". De plus, "il faudrait aussi réduire l'ISF", préconise-t-il...

©2013-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com