»
»
»
Consultation

Immobilier d'entreprise : démarrage en douceur au 1er trimestre...

Immobilier d'entreprise : démarrage en douceur au 1er trimestre...

Début d'année en demi-teinte pour les bureaux franciliens avec une unique transaction d'envergure, contrebalancée par une abondance de grandes transactions (100 - 200 millions d'euros).

Immobilier d'entreprise : démarrage en douceur au 1er trimestre...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — 3,7 milliards d'euros ont été investis en France au 1er trimestre de l'année, en immobilier d'entreprise banalisé (bureaux, commerces, entrepôts et locaux d'activité) : un volume en baisse de 20% d'une année sur l'autre, mais qui pourrait prochainement s'emballer, observe Cushman & Wakefield dans une étude...

Magali Marton, Directrice reasearch France, précise : "Les liquidités disponibles à l'acquisition restent fortement corrélées au maintien d'une politique monétaire accommodante. Son annonce en début d'année couplée à la résilience de l'économie française a rassuré les investisseurs sur la bonne tenue des primes de risques d'investissements en France."

Grosse opération

En effet, l'afflux de liquidités réparties à parts égales entre acteurs étrangers et nationaux et la réitération prochaine de transactions d'envergure promettent de belles perspectives pour 2019, entre 30 et 35 milliards d'euros au plus... Une tendance parfaitement illustrée par la cession à venir de la Tour "Majunga", propriété d'UNIBAIL-RODAMCO-WESTFIELD, au binôme franco-coréen MIRAE ASSET DAEWOO / AMUNDI IMMOBILIER pour un montant de 850 millions d'euros.

Selon Nils Vinck, Directeur Capital Markets France : "Le positionnement des acteurs coréens sur le marché français n'est pas anodin. Ils sourcent, sur le marché français, des opportunités d'investissement plus rémunératrices que sur leurs marchés nationaux (effet taux de change, ...) leur assurant une diversification sur le long terme dans un marché européen lisible et profond".

"Effet volume"

Principale modalité d'arbitrage des entrepôts logistiques, les nombreuses cessions de portefeuilles permettent d'atteindre un volume investi record de 800 millions d'euros (21% des montants engagés au cours du trimestre). Elles ont également abondé la poche commerce qui entame ainsi l'année sans tambours ni trompettes mais somme toute de façon honorable : 630 millions d'euros investis ce trimestre contre 720 au 1er trimestre 2018.

En ce qui concerne les actifs de bureaux francilien, l'asymétrie des volumes investis par tranche de montants unitaires a pesé sur les montants engagés au 1er trimestre 2019 : 1,9 milliard d'euros, en baisse de 33% d'une année sur l'autre...

En effet, les acquisitions réalisées ce trimestre se sont en grande partie portées sur des transactions de 100 à 200 millions (50% des montants engagés) et de 20 à 50 millions d'euros (27% des montants engagés). Un effet volume à rapprocher des secteurs géographiques d'investissement...

Opportunités d'investissement

Nils Vinck précise : "La pénurie d'offres parisiennes a contraint les investisseurs à considérer des opportunités d'investissement aux portes de la capitale, en 1ère couronne (34%) et dans le croissant ouest (24%)."

Exception faite du volume des assureurs (2%) actuellement au plus bas, le profil 2019 des investisseurs s'inscrit à ce jour dans la continuité de 2018 avec un marché largement investi par les fonds d'investissement et les véhicules de la pierre papier...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com