»
»
»
Consultation

Immobilier : après les Britanniques, les Belges restent les plus friands de la pierre française

Immobilier : après les Britanniques, les Belges restent les plus friands de la pierre française

Selon la 10ème édition de L'OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS, les Britanniques non-résidents restent en pole position, mais les Belges maintiennent leur 2ème place avec une progression de +21% du nombre de transactions...

Immobilier : après les Britanniques, les Belges restent les plus friands de la pierre française
Crédit photo © Barnes

(Boursier.com) — BNP Paribas International Buyers publie la 10ème édition de son Observatoire du marché des acquéreurs en France (étrangers non-résidents, étrangers résidents, Français non-résidents), marché qui représente 8 MdsE en 2017... On note ainsi pour l'année 2017 une augmentation du nombre de transactions des acquéreurs non-résidents de nationalité étrangère par rapport à 2016 ainsi qu'une stabilité du montant total des transactions.

Les Britanniques non-résidents restent en pole position, les Belges maintiennent leur deuxième place avec une progression de +21% du nombre de transactions.

Le marché des expatriés français lui est encore en progression, avec notamment un fort attrait de ces derniers pour Paris.

Côté perspectives du marché immobilier en France, les experts tablent sur une hausse mesurée de la valeur des biens, hausse qui n'empêchera pas la France, avec ses nombreux atouts, d'être une destination prisée en termes d'investissements immobiliers des non-résidents dans les années à venir...

Un marché en hausse avec des Belges non-résidents qui investissent toujours plus !

En 2017, le nombre de transactions des acquéreurs non-résidents étrangers a augmenté de +2% tandis que le montant total de celles-ci est resté quasi stable (5,29 MdsE, contre 5,27 MdsE en 2016). Le montant moyen des investissements a sensiblement baissé par rapport à 2016 (303 KE contre 308 KE).

Les Britanniques demeurent les plus nombreux à acheter des biens en France (25,9% vs 35,5% en 2016) malgré une baisse de près de -18% du nombre de transactions par rapport à 2016. Les Belges non-résidents montent sur la deuxième marche du podium avec 18,4% des transactions en 2017 avec un nombre de transactions qui progresse de +21%.

Les Suisses sont troisième avec 8,1% suivent les Allemands avec 7%, les Italiens et les Néerlandais avec 5,5% puis les Américains avec 3%.

Les expatriés français aiment investir chez la mère-patrie...

En 2017, le nombre de transactions des expatriés français a augmenté de +16% après une augmentation déjà de +10% en 2016. C'est un marché qui représente 3,1 MdsE avec pratiquement 1/4 des acquisitions qui ont été réalisées en Ile-de-France dont le montant moyen atteint 512 KE.

Les expatriés sont les premiers investisseurs non-résidents à Paris. Près de 15% des achats immobiliers en France réalisés par des expatriés sont effectués à Paris avec un montant moyen de 604 KE.

Les transactions en régions : PACA reste en tête...

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur reste la première région de France en volume total des transactions des non-résidents avec 21%, suivie de la région Rhône-Alpes avec 14%, arrive ensuite le Languedoc-Roussillon avec 10% et l'Ile-de-France avec 8%.

Concernant le nombre de transactions, les régions ont connu des fortunes diverses. PACA enregistre une baisse de -11%, la Bretagne de -10% et Rhône-Alpes de -8%. En revanche, l'Ile-de- France progresse de +3% et Aquitaine de +6%.

En PACA, ce sont les Italiens non-résidents qui investissent le plus devant les Belges et les Britanniques, qui sont en tête dans 9 régions, dont Rhône-Alpes et Bretagne et se trouvent dans le top 3 dans 16 régions.

En montant, c'est bien sûr l'Ile-de-France (577 KE) qui truste la première place devant PACA et Rhône-Alpes. Ce sont les trois régions au-dessus de la moyenne nationale...

Focus sur Paris et Ile de France

En 2017, il y a eu une augmentation de +3% transactions des non-résidents étrangers en Ile-de-France dont plus de la moitié à Paris (54%), loin devant les Hauts-de-Seine (13%), les deux départements qui suscitent le plus d'intérêt.

Le montant moyen des investissements immobiliers à Paris s'élève à 819 KE et ceux dans les Yvelines à 643 KE, bien plus que la moyenne en Ile-de-France. L'Essonne dispose du montant moyen le plus faible avec 171 KE.

En 2017, les Américains sont les non-résidents étrangers qui ont le plus investi à Paris (montant moyen : 1 MdE), dépassant même les Italiens.

Les investissements des Britanniques résidents et non-résidents en France

Bien que le marché des acquéreurs non-résidents britanniques ait baissé de -18% en nombre de transactions, celui des résidents britanniques a dans le même temps progressé de +17%. Le montant moyen atteint respectivement 252 KE et 208 KE.

Les non-résidents de nationalité britannique investissent dans l'ordre en Rhône-Alpes (15,4%) en Aquitaine (13%) et dans le Limousin (10,7%). En moyenne, le montant des transactions réalisées par les non-résidents britanniques est le plus élevé en PACA (741 KE), puis en Ile-de-France (526 KE) et en Rhône-Alpes (439 KE).

Les investissements des Belges non-résidents en France.

Avec une hausse de +21% du nombre de transactions en 2017 et de +3% du montant moyen des transactions, les Belges sont les "grands gagnants" de l'année écoulée. Deuxième nationalité depuis 2012 derrière les Britanniques, les belges non-résidents investissent surtout en PACA, en Languedoc-Roussillon et dans le Nord-Pas-de-Calais.

En moyenne, le montant des transactions réalisées par les non-résidents belges est le plus élevé en Ile-de-France (664 KE) en PACA (439 KE), puis et en Rhône-Alpes (242 KE)

François Laforie, directeur général de BNP Paribas International Buyers détaille son point de vue sur le marché des non-résidents : "Je suis serein et optimiste. BNP Paribas International buyers connaît bien ce marché français des non-résidents qui est un marché de niche, mais un marché de fond avec une demande très soutenue. Cela grâce à une diversité de l'offre (budget, géographie) ; une sécurisation des achats avec des professionnels de l'immobilier, les notaires et la bonne digitalisation des outils ; la qualité de vie en France et enfin les infrastructures (routière, ferroviaire, aérienne) avec notamment le meilleur ratio nombre d'habitant/aéroport en Europe.".

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com