Hausse des salaires : le Medef met en garde sur les conséquences pour les consommateurs

Hausse des salaires : le Medef met en garde sur les conséquences pour les consommateurs

Geoffroy Roux de Bézieux pense qu'une hausse généralisée des salaires n'est pas soutenable pour l'économie.

Hausse des salaires : le Medef met en garde sur les conséquences pour les consommateurs
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La hausse des salaires est un des gros sujets de l'automne, face à la pénurie de main d'oeuvre, et le pouvoir d'achat est un des thèmes qui préoccupent le plus les Français, à six mois de la présidentielle... Confronté à la désertion des serveurs ou des cuisiniers, le plus grand syndicat de la restauration a proposé récemment d'augmenter les rémunérations. "Oui, et il y aura des augmentations de salaires", estime le patron du Medef dans une interview accordée aux 'Echos'.

"Mais attention à l'effet inflationniste : quand les salaires augmentent dans les services, cela se répercute directement sur les prix payés par les consommateurs. Dans les hôtels et les restaurants, les salaires représentent la moitié de leurs coûts. Si les hausses salariales se généralisent, ce ne sera pas soutenable pour l'ensemble de l'économie", prévient Geoffroy Roux de Bézieux.

Les entreprises souffrent

Il estime que les hausses de salaires devront se négocier au niveau des branches, mais aussi des entreprises. "Les branches doivent négocier les minima conventionnels mais l'entreprise doit garder la main, que ce soit sous forme d'augmentation individuelle ou de prime dite Macron. Elle seule peut évaluer ses marges de manoeuvre", explique-t-il... "Les branches de la sécurité, de la propreté, des hôtels, cafés et restaurants ont engagé des discussions. Mais dans ce dernier secteur, vous avez aussi des hôtels qui ont des chutes de fréquentation et souffrent".

Le patron du Medef estime par ailleurs que "les nuages noirs s'amoncellent" au-dessus des entreprises. "Le ralentissement de l'activité s'explique bien sûr par les problèmes d'approvisionnement . Certains sont provisoires, mais d'autres sont partis pour durer : nous manquons de bois et de semi-conducteurs ! Nous avons aussi de fortes difficultés de recrutement. Nous n'en avons jamais eu autant, tous secteurs et toutes régions confondues".

Flambée des prix de l'énergie

Mais le problème majeur demeure "la flambée des prix de l'énergie". "Pour le monde de l'industrie et, en particulier ce qu'on appelle les 'énergo-intensifs', c'est-à-dire les industries les plus gourmandes en énergie, c'est absolument dramatique. Il y a un effet un peu spéculatif sur les prix du fait de la vigueur de la reprise, mais je crains qu'il y ait aussi un effet structurel de long terme lié à la transition énergétique".

Geoffroy Roux de Bézieux soutient donc l'initiative de Bruno Le Maire "de remettre en cause la directive européenne de 1997 qui a dérégulé le marché de l'électricité. Le système n'a clairement pas trouvé son point d'équilibre. Aujourd'hui, le prix du marché correspond au coût marginal qui s'aligne sur le gaz alors que l'électricité française est beaucoup moins chère. Ce principe est absurde".

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !