»
»
»
Consultation

Hausse des carburants : le mouvement de grogne sème le trouble politique

Hausse des carburants : le mouvement de grogne sème le trouble politique

Près de huit Français sur dix trouvent que l'augmentation des taxes sur le carburant et le fioul domestique est une mauvaise chose, d'après un sondage publié jeudi.

Hausse des carburants : le mouvement de grogne sème le trouble politique
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — C'est le sujet de grogne depuis plusieurs semaines en France... La hausse des prix des carburants ne passe pas du côté des consommateurs, avec un gazole qui a bondi de plus de 25% depuis un an, tandis que celui de l'essence SP-95 a grimpé de 16%.

Les trois quarts des Français (78%) soutiennent le mouvement de blocage des routes prévu le 17 novembre contre cette flambée des prix à la pompe, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé pour franceinfo et 'le Figaro'.

Culpabilisation

Dans le détail, 76% des sondés trouvent que l'augmentation des taxes sur le carburant et le fioul domestique est une mauvaise chose et 80% estiment que les hausses des taxes sur les produits pétroliers auront un impact élevé sur leur pouvoir d'achat.

La pilule a d'autant plus de mal à passer que le gouvernement assume sa décision de ne pas faire baisser les taxes, au nom du principe du "pollueur-payeur" ou de la "taxe éducative et dissuasive" - une culpabilisation injuste aux yeux des consommateurs.

Selon le sondage, 76% des sondés pensent "que c'est une mauvaise chose car il faut avant tout favoriser le pouvoir d'achat des Français, quitte à ce qu'ils utilisent plus longtemps des produits pétroliers".

"Dégager" Macron ?

Plusieurs initiatives ont émergé ces derniers jours sur internet pour protester contre cette hausse des prix du carburant, qui est liée d'une part à la flambée des cours du pétrole, et d'autre part à celle de la fiscalité, en particulier sur le gazole, dont le gouvernement entend aligner le prix sur celui de l'essence pour retirer l'avantage compétitif des moteurs diesel, plus polluants.

Une pétition lancée par une automobiliste a notamment été signée par près de 700.000 personnes.

Divergences politiques

Les animateurs et soutiens du mouvement apparaissent très divers, même si les premiers relais sont venus du RN, certains revendiquant leur "patriotisme" et appelant à "dégager Macron". La France Insoumise (FI), en revanche, a semblé vouloir prendre ses distances avec le mouvement ces dernières heures...

Le groupe parlementaire d'extrême gauche s'inquiète ouvertement d'une récupération de l'extrême droite en estimant aussi que ce "mouvement spontané" ne propose pas d'alternative d'un point de vue écologique... "Nous n'appellerons pas à la manifestation du 17 novembre, nous ne ferons pas de récupération politique" résume un des représentants de la FI...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com