»
»
»
Consultation

Guerre commerciale : les banquiers centraux s'alarment pour de bon...

Guerre commerciale : les banquiers centraux s'alarment pour de bon...

Les patrons des principales banques centrales se sont inquiétés mercredi d'un ralentissement de la croissance économique mondiale, si les Etats-Unis persistent à imposer des barrières douanières à leurs principaux partenaires commerciaux...

Guerre commerciale : les banquiers centraux s'alarment pour de bon...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Face à la montée du protectionnisme des Etats-Unis, les principales banques centrales ont tiré mercredi la sonnette d'alarme. Les patrons de la Fed, la BCE, la Banque du Japon et la Banque de Réserve d'Australie ont tous les quatre fait savoir que l'escalade des tensions commerciales a commencé à entamer la confiance des entreprises mondiales, et menace désormais d'entraîner un ralentissement de la croissance économique...

Risques de perte de confiance, report des investissements

A l'occasion d'une réunion de banquiers centraux organisée par la BCE à Sintra au Portugal, Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine, a estimé que "les changements de politique commerciale pourraient nous inciter à remettre en cause les perspectives" de croissance. “Pour la première fois, nous entendons parler de décisions de reporter des investissements et de retarder des embauches" a-t-il ajouté.

De son côté, Mario Draghi, le président de la BCE, a indiqué qu'il était encore trop tôt pour mesurer un impact significatif sur l'économie, mais il a reconnu qu'il commençait à s'inquiéter de l'érosion de la confiance, à la fois chez les entrepreneurs et les consommateurs européens.

Désorganisation des échanges en Asie du Sud-Est

Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a pointé les répercussions indirectes d'une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis sur toute l'Asie du Sud-Est. Le réseau sud-asiatique de sous-traitants qui alimentent l'industrie chinoise risque d'être désorganisé par ces tensions.

"J'espère vraiment que cette escalade pourra être stoppée pour retrouver une relation commerciale normale entre la Chine et les Etats-Unis" a poursuivi le patron de la BoJ, ajoutant que cette question "est une cause de grande inquiétude pour le Japon" .

Philip Lowe, le patron de la banque centrale australienne s'est également alarmé. Il a estimé que même si les taxes elles-mêmes ne feront pas dérailler l'économie mondiale, elles pourraient entraîner une forte volatilité sur les marchés financiers, et le report de nombreuses décisions d'investissement, ce qui aboutirait au même effet négatif... L'Australie, prenant le contre-pied des Etats-Unis, s'apprête à entamer des négociations avec l'Union européenne pour établir un traité de libre-échange.

Le risque de stagflation, cauchemar des banques centrales

Pour les banques centrales, une guerre commerciale serait un véritable casse-tête, dans la mesure où elle entraînerait un risque de stagflation (croissance faible, accompagnée de forte inflation), en faisant augmenter les prix (via les taxes douanières) et en pesant sur la demande et l'activité économique...

Les institutions financières seraient alors confrontées au dilemme de savoir si elle doivent relever leurs taux directeurs pour freiner l'inflation, ou au contraire prendre des mesures pour soutenir l'économie.

Or, pour la BCE et la Banque du Japon, notamment, qui n'ont pas commencé à relever leurs taux directeurs, au plancher depuis la crise de 2008, la marge de manoeuvre est désormais quasi-inexistante pour stimuler la croissance. La Fed, qui a commencé son cycle de normalisation de ses taux, aurait un peu plus de possibilités, mais ses outils seraient tout de même limités en cas de panne sèche de la croissance...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com