Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Greenpeace plaide pour un "ISF climatique" pour "décarboner" le patrimoine des plus riches

Greenpeace plaide pour un "ISF climatique" pour "décarboner" le patrimoine des plus riches

Une telle mesure inciterait "les ménages les plus fortunés et les plus émetteurs à se désinvestir des activités les plus polluantes" et ferait rentrer environ 4,3 milliards d'euros dans les caisses de l'Etat, selon l'ONG...

Greenpeace plaide pour un 'ISF climatique' pour 'décarboner' le patrimoine des plus riches
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Rétablir l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), qui serait "indexé sur les émissions de gaz à effet de serre induites par les placements financiers des ménages les plus riches". C'est que propose Greenpeace France dans un rapport intitulé "L'argent sale du capital".

"Dans le cadre du projet de loi de finances 2021 qui inclut le plan de relance 2021 du gouvernement, débattu et voté cette semaine à l'Assemblée nationale, Greenpeace France propose une mesure concrète pour aller vers plus de justice sociale et environnementale", explique ainsi l'ONG, qui a collaboré avec le cabinet d'analyse Carbone 4.

Une telle mesure inciterait ainsi "les ménages les plus fortunés et les plus émetteurs à se désinvestir des activités les plus polluantes en décarbonant leur patrimoine", a-t-elle souligné. Selon ses estimations, le patrimoine financier des ménages assujettis à l'ISF en 2017, avant sa suppression, était associé à l'émission annuelle de 97 millions de tCO2eq...

4,3 milliards d'euros supplémentaires pour l'Etat

"L'introduction d'une composante carbone (au niveau actuel de la taxe carbone : 44,6 euros / tCO2eq) appliquée à l'empreinte carbone moyenne des placements financiers de ces ménages permettrait ainsi de rapporter environ 4,3 milliards d'euros à l'Etat chaque année", révèle le rapport...

L'ONG évoque notamment un "cas type", celui d'un contribuable déclarant un patrimoine de 2,25 millions d'euros et qui est éligible à l'ISF, dans la mesure où le seuil d'imposition 2017 se situe à 1,3 millions d'euros. L'application d'une taxation sur l'empreinte carbone de son patrimoine financier aboutirait à un impôt de 8.474 euros, en plus des 9.150 euros dont il serait redevable au titre du barème de l'ISF tel qu'il était en 2017.

"Plus on est riche, plus on pollue"

Greenpeace justifie cette mesure par le fait que "le patrimoine financier moyen des 1% des ménages avec les plus hauts revenus émet 66 fois plus de GES [gaz à effet de serre] que celui des 10 % des ménages avec les revenus les plus faibles".

"En termes de capitalisme et d'écologie, une règle est irréfutable : plus on est riche, plus on pollue. Les plus riches ont une empreinte carbone beaucoup plus importante que les plus pauvres, non seulement en raison de leur consommation et de leur mode de vie, mais aussi en lien avec leur patrimoine financier", explique l'ONG, qui estime également que ce sont les populations les plus pauvres qui paient "le plus lourd tribut au réchauffement climatique"...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !