»
»
»
Consultation

GM&S : nouveau délai, et toujours pas d'offre de reprise ferme

GM&S : nouveau délai, et toujours pas d'offre de reprise ferme

Le tribunal de commerce de Poitiers a accordé une semaine de plus, jusqu'au 30 juin, pour trouver un repreneur de l'équipementier automobile creusois GM&S. Pressenti, le groupe stéphanois GMD n'a toujours pas formulé d'offre ferme.

GM&S : nouveau délai, et toujours pas d'offre de reprise ferme
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le sort de l'équipementier automobile creusois GM&S, en redressement judiciaire depuis début décembre 2016, reste en suspens. Le tribunal de commerce de Poitiers a examiné vendredi le dossier, et décidé de mettre sa décision en délibéré pour une semaine supplémentaire, jusqu'au vendredi 30 juin, comme le souhaitaient les représentants des salariés.

Menacé de liquidation, GM&S Industry, qui emploie 277 salariés, n'a pas pour l'instant fait l'objet d'une offre ferme de reprise, ont indiqué les syndicats. Le seul repreneur potentiel, le groupe d'emboutissage stéphanois GMD, a déposé "un mail complémentaire" auprès du tribunal, mais pas d'offre en bonne et due forme.

GMD veut des engagements fermes des constructeurs automobiles

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, qui s'est impliqué dans ce dossier, a indiqué vendredi s'être entretenu avec Alain Martineau, le PDG de GMD. Ce dernier lui "a expliqué très clairement qu'il était trop tôt pour faire une offre ferme". "Nous avons aujourd'hui un business plan qui est plus solide, mais pour avoir une offre de reprise ferme, il faut qu'il y ait un engagement des constructeurs" automobiles, a ajouté le ministre à la presse, en marge d'un déplacement dans une entreprise du Val-d'Oise.

En mai, après l'intervention de M. Le Maire, Renault et PSA Groupe, les deux principaux clients de GM&S, s'étaient engagés à augmenter leurs commandes à court terme. PSA Groupe s'est ainsi engagé à augmenter ses commandes de 10 à 12 millions d'euros et Renault à doubler ses commandes pour les porter de 5 à 10 millions d'euros.

Nouvelle réunion prévue mardi à Bercy

Vendredi, le délégué CGT de GM&S, Jean-Marc Ducourtioux, a estimé que la société a obtenu "un nouveau sursis de huit jours. On a huit jours pour faire avancer les choses avec l'Etat et les constructeurs, et la mobilisation des salariés", a-t-il déclaré à la presse à l'issue de l'audience du tribunal. M. Ducourtioux a en outre déploré que GMD, "ne se positionne pas sur ce dossier réellement, fermement et définitivement".

Une nouvelle réunion est prévue mardi 27 juin au ministère de l'Economie, dans le cadre d'un "processus de négociations en cours" avec l'Etat, PSA et Renault, ont précisé les représentants syndicaux de GM&S.

Sur le terrain, le site GM&S de La Souterraine, deuxième employeur privé de la Creuse, est bloqué depuis dix jours par les salariés, après une première occupation de deux semaines en mai.

©2017-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com