Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

"Gilets jaunes" : les raisons de la colère selon Matignon

"Gilets jaunes" : les raisons de la colère selon Matignon

D'après une étude du Conseil d'analyse économique (CAE), la fermeture des services de proximité et des commerces de détail ont amplement contribué à alimenter la révolte du mouvement social.

'Gilets jaunes' : les raisons de la colère selon Matignon
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La hausse des prix du carburant, mais pas seulement... Plus d'un an après le début du mouvement des "Gilets jaunes', qui a mis sous pression le pouvoir pendant des mois à coups de blocages de ronds-points et de violentes manifestations, le centre d'analyse économique (CAE), rattaché à Matignon, a publié mardi une note dans laquelle il tente de mieux identifier les origines de la colère de la contestation sociale.

Au-delà de la hausse d'une taxe sur les carburants qui a déclenché ce malaise à l'automne 2018, cette note baptisée "Territoires, bien-être et politiques publiques" pointe l'impact majeur des facteurs liés à l'environnement local des communes concernées, que les auteurs de l'étude ont nommé "les déterminants locaux du mécontentement".

Pour ce faire, les auteurs ont recensé l'ensemble des communes qui ont connu un événement lié aux "Gilets jaunes" en novembre et décembre 2018, en les croisant avec plusieurs facteurs se rapportant aux conditions de vie très concrètes des Français (déclin de l'emploi, fermeture des équipements publics et privés, poids de la fiscalité locale, effondrement du prix de l'immobilier...).

29% des communes ayant perdu une supérette ont connu un événement "Gilets jaunes"

Dans leurs travaux, les économistes donnent en exemple la fermeture des commerces de détail. "Si les évolutions économiques jouent un rôle important" sur le mécontentement des Français, "c'est également le cas de la perte d'équipements, notamment de commerces alimentaires (épiceries, supérettes)", affirment les auteurs de l'étude, précisant que "29% des communes ayant perdu une supérette ont connu un événement 'Gilets jaunes'".

Il en va de même des secteurs de l'éducation et de la culture : "une commune qui perd son lycée, sa librairie ou son cinéma a plus de risque de connaître un événement Gilets jaunes", explique l'étude. La fermeture des équipements de santé, dont les maternités et les services d'urgence, conduit à un résultat similaire...

Le taux de chômage local, un facteur également déterminant

La note évoque, bien évidemment, la fiscalité qui se place en deuxième position des facteurs pour expliquer le malaise des "Gilets jaunes". Ainsi, les communes ayant connu un mouvement contestataire "sont celles où l'ensemble des impôts locaux ont, en moyenne, davantage augmenté que dans les autres communes".

Parmi les autres facteurs déterminants, l'étude pointe notamment l'évolution du taux d'emploi. "Concernant la satisfaction dans la vie et l'anxiété, la variation de l'emploi local exerce des effets sur tous les individus, avec une amplitude plus forte s'ils sont au chômage ou inactifs", écrivent les auteurs de la note...

Inefficacité de certaines aides aux territoires

"Plus le niveau de vie médian de la commune s'élève, moins on observe d'événements 'Gilets jaunes'. Quant à l'insatisfaction et à l'anxiété des individus, si elles dépendent du revenu de ces derniers, elles décroissent également avec le revenu médian de la commune : résider dans une commune devenue plus 'riche' est associé à une anxiété individuelle plus faible", ajoutent les auteurs.

L'étude a révélé, par ailleurs, l'inefficacité de certaines aides aux territoires, telles que les exonérations de charges pour les zones franches urbaines (ZFU) et les zones de revitalisation rurale (ZRR). "Nous considérons que l'objectif des politiques territoriales doit être repensé pour viser davantage la qualité de vie et les critères de bien-être de la population, au-delà des seuls objectifs économiques", recommande ainsi le CAE...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !