»
»
»
Consultation

Gilets jaunes : le gouvernement tente l'apaisement avant samedi

Gilets jaunes : le gouvernement tente l'apaisement avant samedi

L'Elysée s'inquiète d'une manifestation particulièrement violente samedi prochain pour l'acte 4 de la mobilisation.

Gilets jaunes : le gouvernement tente l'apaisement avant samedi
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les membres du gouvernement se succèdent pour prendre la parole dans les médias et faire passer le message du président de la République à l'égard des gilets jaunes. Il n'y aura pas de taxe supplémentaire sur les carburants en 2019 mais malgré tout, la grogne continue.

Le gouvernement se défend, l'opposition profite de la crise

Invitée ce matin sur RTL, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a déclaré : "Nous accélérons le mouvement pour que les gens ressentent réellement une aide au quotidien pour les petits salaires. (...) Je pense que le gouvernement est très, très attentif aujourd'hui à cette question du pouvoir d'achat des Français".

Elle est en revanche convaincue que tout le monde ne souhaite pas sortir de la crise qui profite largement à l'opposition. Selon elle, Jean-Luc Mélenchon "désire une forme de chaos" notamment. A droite, Laurent Wauquiez a appelé ce matin au calme et demandé à Emmanuel Macron, sur Europe 1, "d'adopter l'état d'urgence pour quelques jours".

Une mobilisation particulièrement violente samedi prochain ?

L'acte 4 de la mobilisation des Gilets jaunes qui devrait avoir lieu samedi pourrait être particulièrement violent selon l'Elysée. A nouveau, des dizaines d'appels à manifester ont été lancés sur les réseaux sociaux. Comme ce fut le cas les deux derniers week-end, le lieu de rassemblement sera très certainement les Champs-Elysées et ses alentours.

Cette-fois ci, le dispositif des forces de l'ordre pourrait être encore plus important avec notamment la présence de véhicules blindés. Ils permettront de dégager plus rapidement les barricades mises en place par des individus. Pour le moment, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, la mobilisation a engendré plus de 1.600 arrestations, trois décès et 820 blessés.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com