»
»
»
Consultation

"Gilets jaunes" : des annonces au prix fort !

"Gilets jaunes" : des annonces au prix fort !

Le président de la République a présenté hier soir des mesures qui vont être mises en place pour apaiser la colère des Français et augmenter leur pouvoir d'achat...

'Gilets jaunes' : des annonces au prix fort !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La majorité était mardi matin sur tous les fronts pour défendre les annonces faites par Emmanuel Macron lundi soir... Le chef de l'Etat a notamment annoncé quelques mesures en faveur du pouvoir d'achat des Français comme l'augmentation du Smic et une prime de fin d'année défiscalisée.

Une "accélération", pas un changement de cap

"Pour faire face à la crise sociale, le président de la République a décidé d'accélérer (...) Il y a ni virage, ni changement, mais une accélération", a déclaré le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand sur RTL.

Ces mesures annoncées figuraient bien dans le programme d'Emmanuel Macron, et le président de la République va donc les mettre en oeuvre plus rapidement que prévu...

Après l'annonce de la hausse du Smic, les commentaires ont été nombreux notamment dans l'opposition... Dans les heures précédant l'allocution du président, Bruno Le Maire et Muriel Pénicaud avaient en effet annoncé le contraire dans les médias. Richard Ferrand a tenu à apporter une précision qui explique selon lui ces déclarations : "Ce n'est pas le Smic qui augmente, c'est la prime d'activité. Il faut être précis... Cela permet de donner plus de pouvoir d'achat !".

Des mesures qui coûtent (très) cher...

Outre un Smic ajusté de 100 euros en début d'année prochaine, Emmanuel Macron a également annoncé qu'il n'y aurait pas de hausse de la CSG pour les retraités qui gagnent moins de 2.000 euros par mois.

Les employeurs pourront également donner une prime à leurs salariés sans que celle-ci soit soumise à des charges...

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, a estimé que ces mesures coûteraient entre 8 et 10 milliards d'euros. Selon François Lenglet en revanche, éditorialiste et spécialiste économie à RTL et d'autres économistes de renom, la facture devrait plutôt s'élever à 12 milliards d'euros.

Un montant qui rendra la tâche du gouvernement plus difficile vis-à-vis de ses partenaires européens: celle de respecter les contraintes budgétaires de Bruxelles et la fameuse règle des 3% de déficit public que le gouvernement semble prêt à outre-passer dans le cadre de la crise actuelle...

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com