Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

France : Moody's dégrade, Sapin rassure...

France : Moody's dégrade, Sapin rassure...

Moody's a réduit à 'Aa2' la notation des obligations d'Etat de la France... Michel Sapin "prend acte" tout en réaffirmant la qualité de la signature française et le rythme des réformes...

France : Moody's dégrade, Sapin rassure...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Moody's Investors a dégradé d'un cran la notation des obligations d'Etat de la France, passant de 'Aa1' à 'Aa2'. La perspective de notation de Moody's sur la note français est 'stable'... Cette décision est motivée par la "faiblesse persistante dans les perspectives de croissance" de l'économie française à moyen terme. Couplé aux contraintes politiques et institutionnelles, la dette française est un "fardeau important".

Corrélé à cette dégradation de la note souveraine long terme de la France, Moody's a aussi annoncé sa décision d'abaisser la note de la Société de Prise de Participation de l'Etat (SPPE) à 'Aa2'. La note à court terme de la SPPE est confirmée à 'P-1'. Depuis Bercy, Michel Sapin se veut rassurant quant à la qualité de la signature de la France et la capacité du pays à tenir ses engagements,

Lente reprise mais solvabilité élevée

Moody's considère que la reprise française est lente et devrait le rester au regard des reprises observées lors des précédentes décennies. "Dans le même temps, la solvabilité de la France reste très élevée", dit Moody's. Le pays ne manque pas d'atouts importants... Selon l'agence de notation, la France bénéficie d'une grande économie, riche et bien diversifié avec un niveau de revenu par habitant élevé. D'autre part, les tendances démographiques y sont favorables par rapport à d'autres économies développées. La base d'investisseurs est forte alors que le coût du financement est bas. Moody's assure une perspective de notation 'stable' pour le pays en raison d'une part, de ses efforts pour stabiliser les finances publiques et d'autre part, les initiatives récemment déployées pour arrêter l'érosion de la compétitivité économique.

Sapin réaffirme la qualité de la signature française

Moody's avait plusieurs fois tiré la sonnette d'alarme sur une possible dégradation, notamment après l'annonce d'une croissance nulle de l'économie française au 2e trimestre. Sans surprise, Michel Sapin "prend acte" du passage par Moody's de la note de 'Aa1' avec perspective 'négative' à 'Aa2' avec perspective 'stable'. Le Ministre français des Finances et des Comptes publics réaffirme "la qualité de la signature de l'Etat français". Il rappelle d'ailleurs : "Avec cette évolution, la France est désormais évaluée de manière similaire par les trois principales agences de notation". Michel Sapin réaffirme la qualité de la signature de l'Etat français. "La dette française est parmi les plus sûres et les plus liquides au monde, avec une charge de la dette contenue", dit-il.

La France maintient le rythme des réformes

Malgré l'approche de Moody's, Michel Sapin reste d'ailleurs convaincu "de la capacité du gouvernement à faire renouer l'économie avec plus de croissance et plus d'emploi, avec des finances publiques assainies". Le rythme des réformes va être maintenu : "Le gouvernement demeure fermement engagé à poursuivre et amplifier sa politique de réformes visant à soutenir le potentiel de croissance et d'emploi de l'économie française", précise le Ministre français des Finances et des Comptes publics.

Bercy conforté dans ses convictions

Michel Sapin ajoute se voulant rassurant : "La reprise se diffuse à l'économie et les politiques mises en place portent leurs fruits. Au vu des informations sur les rentrées fiscales et les dépenses publiques, notre objectif de déficit de 3,8% du PIB en 2015 est conforté et le déficit devrait se réduire à 3,3% du PIB en 2016, conformément aux engagements pris".

Le discours est dans la mouture des récents chiffres et signaux envoyés par le gouvernement. Bercy a récemment fait part d'un déficit budgétaire de l'Etat en baisse à -58,5 milliards d'euros en juin (59,4 MdsE un an plus tôt). Le gouvernement a aussi confirmé que le déficit public du pays serait ramené à 3,8% du PIB cette année puis à 3,3% en 2016 sur la base d'une croissance à 1,5%. La dette publique, qui se situait à 95,6% fin 2014, se stabilisera "nettement en dessous de 100% du PIB en 2016 avant de progressivement refluer"...

©2015-2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !