»
»
»
Consultation

Frais de santé : les complémentaires prêtes à faire un geste !

Frais de santé : les complémentaires prêtes à faire un geste !

Sous la pression l'Elysée, les complémentaires santé se disent prêtes à geler ou réduire leurs frais de gestion. Emmanuel Macron leur a aussi demandé de geler leurs tarifs en 2019 et de respecter leurs engagements sur le reste à charge zéro.

Frais de santé : les complémentaires prêtes à faire un geste !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les organismes de complémentaires santé (assurances, mutuelles, instituts de prévoyance), se sont dits prêts mardi, à faire un effort financier, sous la forme d'un gel ou d'une réduction de leurs frais de gestion à partir de 2019...

Vers un gel des tarifs des complémentaires en 2019

Les représentants de ces organismes faisaient partie des nombreux responsables reçus mardi par Emmanuel Macron dans le cadre de la gestion de la crise des "Gilets jaunes". Le chef de l'Etat leur a dans le même temps demandé de geler leurs tarifs de 2019 au niveau de 2018, et leur a donné 48h pour trouver des solutions pour soulager les ménages, a précisé l'Elysée.

Plus de 7 milliards d'euros de frais de gestion sont facturés chaque année par les complémentaires, soit un taux d'environ 20%, a souligné l'Elysée, en précisant que cet engagement portait sur plusieurs années.

Pas de hausse liée au "reste à charge zéro", exige le gouvernement

Tous les acteurs se sont parallèlement engagés mardi à ce qu'il n'y ait pas de hausse des tarifs l'an prochain et en 2020 liée à la réforme dite du "reste à charge zéro", l'une des grandes promesses de campagne d'Emmanuel Macron.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a affirmé de son côté qu'"en aucun cas (cette) réforme ne peut impacter l'année prochaine le coût des complémentaires et donc les tarifs".

Selon un accord conclu entre les organismes complémentaires et le gouvernement, le remboursement intégral de certaines lunettes, prothèses dentaires et audioprothèses doit entrer en vigueur par étapes entre 2019 et 2021.

Agnès Buzyn dénonce un "sabotage politique" des complémentaires

Toutefois, ces dernières semaines, des informations avaient circulé sur les intentions des mutuelles de relever leurs tarifs dès 2019, dans le cadre de la mise en oeuvre de cette réforme. Une étude du comparateur d'assurance Santiane, parue en octobre dans le quotidien 'Le Parisien', évoquait même "une hausse des cotisations d'assurance mutuelle de 6% à 9%".

Lundi, sur la radio 'France Culture', Agnès Buzun avait haussé le ton, en dénonçant un "sabotage politique" orchestré par les mutuelles qui, selon elle, s'étaient engagées à ne pas relever leurs tarifs lors des négociations avec le gouvernement...

"Je ne tolérerai pas, il est hors de question qu'ils en profitent (pour augmenter leurs tarifs : ndlr) Je vais le dire aux mutuelles", avait-elle signifié. Elle avait précisé que cette réforme représentait "un investissement modeste demandé aux mutuelles pour cette réforme face à une somme importante des frais de gestion et au chiffre d'affaires dont les trois quarts sont assurés par la sécurité sociale".

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com