»
»
»
Consultation

Fiscalité "verte" : le gouvernement demande un geste aux constructeurs automobiles

Fiscalité "verte" : le gouvernement demande un geste aux constructeurs automobiles

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, et le ministre de la Transition écologie et solidaire, François de Rugy, ont reçu ce lundi les constructeurs automobiles pour discuter de la prime à la conversion...

Fiscalité 'verte' : le gouvernement demande un geste aux constructeurs automobiles
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La prime à la conversion a le vent en poupe ! Le dispositif permet aux automobilistes de recevoir un "coup de pouce" financier pour l'achat d'un véhicule propre. Depuis le premier janvier, plus de 170.000 dossiers ont été déposés. Le chiffre pourrait atteindre 300.000 d'ici la fin de l'année, bien plus que les 100.000 dossiers escomptés par le gouvernement pour 2018.

Le gouvernement aimerait étendre le dispositif... Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, et François de Rugy, le ministre de la Transition écologique et solidaire, rencontrent ce lundi les acteurs de la filière automobile pour leur demander de faire un geste.

"Avec François de Rugy, nous demanderons aux constructeurs de participer à la prime à la conversion. Elle devra être plus efficace et toucher plus de Français", expliquait Bruno Le Maire dans un entretien accordé dimanche au 'Parisien'.

Jusqu'à 2.500 euros

Cette aide s'élève actuellement à 1.000 euros, 2.000 euros pour un ménage non imposable, voire 2.500 euros pour l'achat d'un véhicule électrique neuf, sans conditions de revenus.

François de Rugy a déjà annoncé qu'il était prévu d'augmenter cette prime en 2019 et de l'élargir aux véhicules hybrides rechargeables, qu'ils soient neufs ou d'occasion.

Un durcissement du malus

L'extension de ces aides est financée par un durcissement du malus sur les véhicules polluants, voté la semaine dernière à l'Assemblée. Cela doit permettre de dégager 40 millions d'euros de recettes supplémentaires, pour un total porté à 610 millions d'euros l'an prochain.

Les discussions avec les acteurs de la filière ont pour objectif d'élargir encore plus le dispositif. "Une bonne politique, c'est de garder son cap. Nous ne ferons pas de retour en arrière", assure le ministre de l'Economie et des Finances.

Prix des carburants

Le gouvernement mise aussi sur ces mesures pour tenter d'apaiser les tensions autour de la hausse des prix des carburants. Bruno Le Maire dit entendre "les remarques et les inquiétudes des Français" mais reste sur sa ligne. Le budget 2019 prévoit d'augmenter les taxes sur le gazole de plus de 6 centimes d'euros par litre, et celles sur l'essence de près de trois centimes.

Depuis le début de la discussion des textes budgétaires à l'Assemblée mi-octobre, les critiques de l'opposition, de droite comme de gauche, se sont notamment cristallisées sur l'aspect "punitif" de la montée en charge de la fiscalité écologique pour le pouvoir d'achat, alors que les cours du pétrole sont déjà élevés...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com