»
»
»
Consultation

Fiscalité : réduire les niches pour baisser l'impôt des classes moyennes ?

Fiscalité : réduire les niches pour baisser l'impôt des classes moyennes ?

Gérald Darmanin a dévoilé de nouvelles pistes pour réformer la fiscalité. Il propose de réduire les impôts des classes moyennes, une mesure financée par un rabotage des niches fiscales pour les ménages les plus aisés...

Fiscalité : réduire les niches pour baisser l'impôt des classes moyennes ?
Crédit photo © iStock

(Boursier.com) — Les ministres Gérald Darmanin et Bruno Le Maire ont précisé ces derniers jours leurs projets en matière de fiscalité... Le premier, ministre des Comptes publics, avait évoqué lundi une réduction des niches fiscales pour les ménages les plus aisés, dans un entretien au 'Parisien-Aujourd'hui en France'. Il a ajouté mercredi qu'avec les économies réalisées, le gouvernement pourrait baisser les impôts des classes moyennes...

"Si l'on récupérait 1 milliard sur les niches qui profitent aux plus aisés, nous pourrions baisser de 180 euros l'impôt sur le revenu de ceux qui gagnent jusqu'à 1.800 euros par mois", a-t-il ainsi déclaré M. Darmanin au micro de 'BFM/RMC'.

Davantage de "justice fiscale"

Lundi, le ministre s'était dit favorable à une baisse du plafond global des niches fiscales de 10.000 euros , qui concerne les dépenses relatives à l'emploi à domicile, la rénovation thermique, l'investissement locatif et l'investissement dans des PME.

"Les niches fiscales (...), c'est 14 milliards d'euros. Soit quatre fois plus que l'ISF (l'impôt de solidarité sur la fortune) ! Et plus de la moitié de ces 14 milliards profite aux 9% des Français les plus riches", avait expliqué Gérald Darmanin, se disant favorable à un rééquilibrage pour plus de "justice fiscale"...

Les services aux personnes seront épargnés

De son côté, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a salué mercredi l'idée de Gérald Darmanin de réformer, voire de soumettre à condition de ressources, les niches fiscales. Dans un entretien sur 'France 2', il s'est toutefois opposé à une réforme des crédits d'impôts pour les services à la personne, qui permettent aux particuliers de déduire de leur impôt 50% des dépenses engagées pour l'emploi d'un salarié à domicile, dans la limite du plafond global de 10.000 euros pour l'ensemble des niches.

Selon le site internet du 'Figaro', qui cite l'entourage de Gérald Darmanin, le projet de réforme concernerait bien les niches fiscales aux particuliers, qui seraient attribuées "sous condition de ressources", à l'exception notable des services à la personne, qui conserveraient leurs plafonds spécifiques actuels.

Les plus-values sur les résidences principales dans la ligne de mire

En revanche, le crédit d'impôt transition énergétique (CITE) serait dans le viseur. "On peut se demander si des gens qui gagnent 8.000 euros par mois ont besoin de solidarité pour changer leurs fenêtres", selon une source citée par 'Le Figaro'.

D'autres pistes de taxation font leur chemin, par exemple une imposition des plus-values à la revente des résidences principales, pour le moment exemptées. "C'est une piste de travail, du moment qu'on parle bien des résidences principales à un niveau très élevé", a reconnu Bruno Le Maire, excluant par exemple que des résidences à 200.000 euros soient taxées...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com