»
»
»
Consultation

Finance solidaire : les propositions de Finansol aux candidats

Finance solidaire : les propositions de Finansol aux candidats

L'association soumet dix propositions aux candidats à l'élection, pour permettre à l'épargne solidaire de continuer son développement en France.

Finance solidaire : les propositions de Finansol aux candidats
Crédit photo © Finansol

(Boursier.com) — A quelques semaines du 1er tour de l'élection présidentielle, Finansol dévoile son Livre blanc, destiné à interpeller les candidats. L'association y déroule dix propositions, pour permettre à l'épargne solidaire de continuer son développement en France. "Nous constatons dans beaucoup de domaines une aspiration des citoyens à reprendre leur vie en main, en étant plus actifs dans leurs choix de consommation, en faisant attention à ce qu'ils mangent, en étudiant l'impact de leurs actions sur l'environnement. Il y a un désir de donner du sens", observe Frédéric Tiberghien, le Président de Finansol, qui estime que la finance solidaire entre dans ce cadre.

Considérée pendant longtemps comme une niche, elle affiche désormais plus d'un million d'épargnants solidaires en France, et 8,5 milliards d'euros d'encours. "Nous sommes en train de changer d'échelle", se félicite Frédéric Tiberghien, qui rappelle que l'objectif est toujours d'atteindre 1% du patrimoine financier investi dans l'épargne solidaire - contre 0,19% actuellement.

Victoire du LDDS

Parmi les grandes victoires de Finansol figure l'instauration en 2016 du Livret de développement durable et solidaire (LDDS), dans le cadre de la loi Sapin 2. "C'est un grand pas en avant", rappelle Frédéric Tiberghien. Avec 25 millions de détenteurs de LDD, cette nouveauté va permettre de considérablement élargir le bassin de recrutement des épargnants, selon lui. "Les décrets ne sont pas encore publiés et nous voudrions nous assurer, en cette période électorale, que le gouvernement et le parlement issus des urnes prendront le relais et ne remettront pas en cause ce qui est acquis, même si nous avons travaillé jusqu'ici avec des dirigeants de différentes couleurs politiques", explique le Président de Finansol.

L'autre priorité concernant les particuliers, c'est l'assurance-vie. "Aujourd'hui tous les produits d'épargne ont une déclinaison solidaire, sauf (cette dernière), qui représente un tiers de l'épargne financière des Français(es), soit 1.588 milliard d'euros", peut-on lire dans le Livre blanc de Finansol. "Il faut rendre obligatoire la présentation d'une option solidaire dans les contrats d'assurance-vie", demande donc Frédéric Tiberghien.

Coup de pouce

Il préconise pour cela d'ajouter un fonds "90-10" ou une unité de compte solidaire dans le contrat. "Nous demandons de conserver l'antériorité car l'essentiel viendra de contrats existants en contrats solidaires. Ce n'est pas très compliqué pour les assureurs mais nous avons besoin d'un coup de pouce", détaille-t-il.

Autre mesure importante de ce Livre blanc : permettre aux caisses de retraite, aux assureurs, aux fondations et aux fonds de dotation de financer les entreprises solidaires, comme c'est beaucoup le cas aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. "Nous demandons que ces institutionnels puissent placer des titres de manière modérée, on pourrait commencer à 1% de leurs actifs", détaille Frédéric Tiberghien, ce qui leur permettrait de soutenir les entreprises solidaires et plus généralement l'économie sociale.

©2017-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com