Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Fin de parcours à Wall Street pour Luckin Coffee, le "Starbucks chinois"

Fin de parcours à Wall Street pour Luckin Coffee, le "Starbucks chinois"

Luckin Coffee a fait l'objet d'une décision de radiation du Nasdaq après des fraudes comptables. Sur fond de tensions commerciales, le Nasdaq et le Sénat américain veulent durcir l'accès des entreprises chinoises à la Bourse US...

Fin de parcours à Wall Street pour Luckin Coffee, le 'Starbucks chinois'
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'ascension boursière de Luckin Coffee, une chaîne chinoise de cafés surnommée le "Starbucks chinois", aura été de courte durée à Wall Street ! La sociéte a été sommée cette semaine par le Nasdaq de se retirer de la cote américaine, sur fond de scandale comptable et de tensions commerciales sino-américaines...

L'annonce de cette radiation de la cote a entraîné mercredi soir un effondrement du titre Luckin de plus de 35,7% à 2,82$. Le cours de cet "ADR" (un titre réservé aux valeurs étrangères), qui était suspendu depuis début avril, suite a la révélation d'une fraude comptable, a désormais abandonné 93% de sa valeur depuis le début de l'année...

La chaîne de cafés a déclaré mardi avoir reçu le 15 mai un avis du Nasdaq lui indiquant qu'elle devait se retirer de la Bourse en raison notamment de "préoccupations d'intérêt public soulevées par les transactions truquées révélées par la société".

Un chiffre d'affaires artificiellement gonflé

Le titre reste pour l'instant coté, en attendant le résultat d'une audience en appel, à la demande de la direction de Luckin. Le groupe s'était introduit en fanfare sur le Nasdaq il y a à peine un an, en mai 2019, autour de 20$, en levant 561 millions de dollars. L'action Luckin avait ensuite plafonné à 50$ en janvier 2020, avant de souffrir face à la crise du coronavirus, qui a entraîné la fermeture temporaire d'une grande partie de ses cafés en Chine.

Puis le 2 avril, le cours a plongé de près de 80% après que la société chinoise a révélé que son directeur des opérations (COO) Liu Jian était accusé d'avoir falsifié le chiffre des ventes de 2019 à hauteur de 2,2 milliards de yuans (310 millions de dollars). A la suite d'un audit interne, le conseil d'administration a licencié la semaine dernière Liu Jian, mais aussi la fondatrice et directrice générale (CEO) Jenny Zhiya Qian. Luckin a indiqué avoir nommé un PDG intérimaire.

Fondé en 2017, Luckin Coffee affichait sa volonté de détrôner le groupe américain Starbucks, qui dominait le marché des cafés en Chine. Fin 2019, la chaîne chinoise est d'ailleurs parvenue à marche forcée à ouvrir 4.500 points de vente en Chine continentale, dépassant les 4.300 établissements de Starbucks.

Ce n'est pas la première fois que des doutes émergent sur la comptabilité d'une compagnie chinoise cotée aux Etats-Unis. Mais l'affaire a pris cette fois une envergure plus importante dans le contexte de regain de la guerre commerciale entre Washington et Pékin, et devrait déboucher sur un durcissement des règles de cotation aux Etats-Unis pour les sociétés chinoises.

Vers un durcissement des conditions pour les entreprises chinoises cotées aux Etats-Unis

Ainsi, le Nasdaq et le Sénat américain ont tous les deux manoeuvré cette semaine pour restreindre leur accès aux marchés financiers américains. Selon l'agence 'Bloomberg', le Nasdaq prépare une nouvelle réglementation sur les introductions en Bourse, qui rendrait plus difficile pour les sociétés chinoise de s'incrire sur les marchés américains.

De son côté, le Sénat a adopté mercredi un texte exigeant des sociétés chinoises d'apporter la preuve qu'elles ne sont pas détenues ou contrôlées par l'Etat chinois pour pouvoir lever des fonds ou être cotées à Wall Street. Le texte exige en outre que ces sociétés fassent l'objet d'un audit par le Public Company Accounting Oversight Board, l'organe de contrôle en charge des audits financiers des entreprises américaines avant de lever des fonds. Or, Pékin s'est jusqu'ici toujours opposé à ce que des auditeurs américains mènent leurs travaux sur son territoire. Si ce texte est définitivement adopté, il pourrait conduire à des radiations de la cote américaine en cas de non respect de ces règles.

Les groupes chinois visent des cotations à Hong Kong

Plus de 150 entreprises chinoises sont actuellement cotées aux Etats-Unis, dont les plus connues sont les groupes de commerce en ligne Alibaba et JD.Com et le moteur de recherche Baidu. Les groupes chinois affichaient en 2019 une capitalisation boursière globale de 1.200 milliards de dollars à Wall Street, selon les chiffres d'une commission du Congrès américain.

Depuis novembre 2019, Alibaba est toutefois également coté à Hong-Kong, où le géant chinois du ecommerce a levé environ 11 milliards de dollars. Baidu préparerait aussi une opération de ce type, de même que JD.com, qui compterait se coter à Hong Kong en juin en levant jusqu'à 3 Mds$, selon des sources citées fin avril par 'Reuters'.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !