»
»
»
Consultation

Facebook vers un nouveau scandale concernant les données personnelles ?

Le réseau social le plus populaire de la planète aurait signé des accords avec une soixantaine de constructeurs de téléphones ou d'appareils électroniques, leur donnant accès à des données privées...

Facebook vers un nouveau scandale concernant les données personnelles ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Facebook qui peine encore à se dépêtrer du scandale "Cambridge Analytica", qui a terni son image, pourrait à nouveau avoir à se justifier sur ses pratiques... Selon des informations du 'New York Times', le réseau social le plus populaire de la planète aurait signé des accords avec une soixantaine de constructeurs de téléphones ou d'appareils électroniques, parmi lesquels Apple, Samsung, HTC, ou BlackBerry, mais aussi avec le géant du e-commerce Amazon.

Cette pratique durerait depuis une dizaine d'années, et aurait permis au départ aux fabricants de proposer davantage d'outils aux utilisateurs, comme la messagerie, les boutons "j'aime" et les carnets d'adresses, avant que les applications ne se démocratisent sur les smartphones, précise le 'NYT'.

Problème : ces accords donneraient accès à des informations sur les inscrits, mais aussi sur leurs "amis" - c'est exactement le même scénario que dans l'affaire Cambridge Analytica... Ainsi, "certains constructeurs d'appareils pouvaient récupérer des informations personnelles même auprès des amis des utilisateurs qui croyaient avoir interdit tout partage", écrit le 'New York Times'.

Quel accès ?

Dans un post de blog, Ime Archibong, le vice-président des partenariats produits de Facebook reconnaît l'existence des accords de partage mais affirme que la ligne rouge n'a pas été franchie : "Contrairement à ce que prétend le 'New York Times', les informations des amis, comme les photos, n'étaient accessibles sur les appareils que lorsque les gens prenaient la décision de partager leurs informations avec ces amis. Nous n'avons pas connaissance d'abus de la part de ces sociétés", se justifie-t-il...

La plupart des partenariats restent en vigueur, même si Facebook a commencé à les réduire en avril, échaudé par le scandale Cambridge Analytica et la surveillance que les législateurs font peser sur le réseau social.

Mais toujours d'après le journal, certains fabricants peuvent bien récupérer le statut relationnel, la religion, l'orientation politique et les événements à venir des utilisateurs de Facebook, entre autres données. Ils ont aussi accès aux informations sur les amis Facebook d'un utilisateur, même ceux qui ont refusé l'autorisation de les partager avec des tiers...

Nouvelles interrogations

Facebook fait l'objet d'une attention particulière des deux côtés de l'Atlantique depuis les révélations, à la mi-mars, sur le détournement des données personnelles de 87 millions d'utilisateurs, dont 2,7 millions vivent dans l'Union européenne (UE), au profit de Cambridge Analytica, un cabinet de conseil politique qui a notamment travaillé pour le compte de Donald Trump pendant la campagne présidentielle de 2016.

Entendu en avril par le Congrès américain, le patron du groupe Mark Zuckerberg avait présenté ses excuses mais n'avait pas dissipé toutes les interrogations sur la politique de protection des données de son entreprise...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Facebook vers un nouveau scandale concernant les données personnelles ?

Partenaires de Boursier.com