»
»
»
Consultation

Etats-Unis-Chine : vers une guerre froide technologique ?

Etats-Unis-Chine : vers une guerre froide technologique ?

L'administration Trump a entamé une bataille contre la technologie chinoise, en bannissant Huawei des marchés américains. Les marchés craignent que Washington ne déclenche une véritable "guerre froide technologique" aux effets dévastateurs...

Etats-Unis-Chine : vers une guerre froide technologique ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Depuis l'échec des dernières négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, le 10 mai, l'administration Trump a porté la bataille sur le terrain technologique, en plaçant le 16 mai le groupe chinois Huawei et 68 de ses filiales sur la liste noire des "entités" considérées comme des menaces à la sécurité nationale des Etats-Unis.

Huawei, n-1 mondial des équipements de réseaux et n-2 des smartphones, pourrait bientôt être rejoint par d'autres sociétés chinoises jugées indésirables par Washington, au risque de déclencher avec Pékin, en plus d'une guerre commerciale, une véritable "guerre froide technologique" aux conséquences imprévisibles...

Après Huawei, les géants chinois de la vidéo-surveillance dans le collimateur

Ainsi, le 'New York Times' a révélé mercredi que la Maison Blanche envisageait d'ajouter à cette liste noire cinq entreprises chinoises spécialisées dans la vidéo-surveillance.

La Chine est le leader mondial de ce secteur avec des groupes comme Hangzhou Hikvision Digital Technology et Zhejiang Dahua Technology, dont les cours de Bourse ont plongé respectivement de 5,5% et de 5,9% mercredi à la Bourse de Shenzhen après ces informations. Hikvision et Dahua seraient clairement visés, les trois autres cibles n'étant pas clairement nommées par le journal.

Menaces pour la sécurité nationale des Etats-Unis

L'administration Trump soupçonnerait les réseaux de vidéo-surveillance, notamment ceux équipés de la reconnaissance faciale, d'être utilisés à des fins d'espionnage. Les Etats-Unis réprouveraient aussi le rôle de ces groupes technologiques dans la répression que mène le régime chinois contre la minorité musulmane ouïghoure du Xinjiang, selon le 'NYT'...

La liste noire, baptisée "Liste des entités" (“entity list”) répertorie des personnes et compagnies considérées comme des menaces à la sécurité nationale des Etats-Unis. Elle ne peuvent ainsi acheter des composants à des firmes américaines que si elles ont obtenu une autorisation spéciale de l'administration américaine.

Mercredi, le ministre des Affaires étrangères chinois, Wang Yi, a déclaré que les pressions américaines sur des entreprises chinoises comme Huawei relevaient du harcèlement économique et visaient à empêcher son pays de poursuivre son développement économique.

Rencontre toujours prévue entre Trump et Xi fin juin au Japon

Après l'échec des dernières négociations commerciales entre Pékin et Washington, le 10 mai, les Etats-Unis ont relevé immédiatement de 10% à 25% les taxes d'importations sur 200 milliards de dollars de produits chinois, tandis que la Chine a prévu de taxer au 1er juin quelque 60 Mds$ de biens américains importés. Washington menace aussi désormais de taxer la totalité des biens chinois importés (soit environ 540 Mds$).

Depuis, les protagonistes s'accusent mutuellement de l'échec des pourparlers, qui sont dans l'impasse... Jusqu'à nouvel ordre, les derniers espoirs d'accord reposent sur une rencontre prévue entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, fin juin, au sommet du G20 à Osaka au Japon.

Les Etats-Unis font aussi pression depuis des mois sur leurs alliés pour qu'ils écartent Huawei, leader mondial des équipements de réseaux 5G. Washington pousse aussi ses partenaires et alliés à ne pas rejoindre l'initiative de la nouvelle route de la soie, le programme phare de Xi Jinping pour couvrir d'infrastructures le territoire eurasien. Sur le plan militaire, les Etats-Unis ont renforcé les patrouilles en Mer de Chine, face aux revendications territoriales disputées de la Chine.

Nouriel Roubini craint une guerre froide plus sévère qu'avec l'URSS

L'économiste Nouriel Roubini s'est alarmé mercredi de cette situation. Dans une tribune publiée dans le quotidien 'Les Echos', celui qui a été surnommé "Dr Catastrophe" (Dr Doom) pour avoir prévu la crise des "subprimes" de 2007-2008, juge que si l'affrontement commercial entre les deux géants économiques se transforme en une véritable guerre froide, ses effets "pourraient être plus sévères que celle ayant opposé l'Amérique et l'Union soviétique".

Une guerre froide totale "risquerait ainsi d'engendrer une phase nouvelle de démondialisation, ou à tout le moins une scission de l'économie mondiale en deux blocs économiques incompatibles", écrit l'économiste.

"Dans l'un ou l'autre de ces scénarios, le commerce des biens, ainsi que les services, travailleurs, technologies et données feraient l'objet de restrictions majeures, et l'univers numérique deviendrait un "splinternet", dans lequel les noeuds occidentaux et chinois ne seraient plus connectés les uns aux autres".

Apple en première ligne en cas de représailles chinoises ?

Les analystes financiers s'interrogent notamment sur de possibles représailles chinoises contre Apple, dont les smartphones seraient vulnérables à un boycott (voire une interdiction) en Chine...

Dans une note publiée mercredi, Goldman Sachs estime ainsi qu'une interdiction de vente des iPhones en Chine (un marché dominé par Huawei, et où Apple est 5ème) entraînerait une baisse d'environ 29% du bénéfice par action d'Apple.

Le titre de la firme à la pomme a chuté de 2% à Wall Street ce mercredi et perd plus de 20% depuis son plus haut historique d'octobre 2018...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com