»
»
»
Consultation

Espagne : la banque Santander s'apprête à supprimer plus de 3.000 emplois

Espagne : la banque Santander s'apprête à supprimer plus de 3.000 emplois

La première banque espagnole doit digérer l'intégration de Banco Popular. L'objectif est de "supprimer les doublons"...

Espagne : la banque Santander s'apprête à supprimer plus de 3.000 emplois
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La direction de Santander et les syndicats sont parvenus à un accord portant sur la suppression de 3.223 emplois en Espagne dans le cadre de l'intégration de Banco Popular, sauvée en 2017 de la faillite, a annoncé jeudi le syndicat CCOO.

Ce nombre est inférieur à l'objectif initial de la banque espagnole, qui visait un peu plus de 3.700 suppressions de postes. L'objectif est de "supprimer les doublons".

Plus d'un quart des agences vont fermer en Espagne

Il représente un peu moins de 10% des effectifs de Santander en Espagne, où l'établissement va tout de même fermer un peu plus d'un quart de ses agences, soit 1.150, a dit une porte-parole de CCOO.

Fin mars, la banque employait 32.366 personnes et comptait 4.366 agences en Espagne...

Santander avait annoncé plus tôt cette année une baisse de 10% de son bénéfice net au premier trimestre, plombée par des charges de restructuration au Royaume-Uni et en Pologne. La banque espagnole, la première de la zone euro par la capitalisation boursière, a réalisé un bénéfice net de 1,84 milliard d'euros, alors que les analystes l'attendaient en moyenne à près de 1,9 milliard d'euros.

Lourdes charges

La croissance soutenue des volumes d'activité en Amérique latine, où Santander réalise 45% de ses bénéfices, n'a pas suffi à compenser des charges de 108 millions d'euros au Royaume-Uni et en Pologne - des réductions de coûts qui entraînent la fermeture de succursales - et d'autres coûts de cessions.

Au Royaume-Uni, troisième marché de Santander, une concurrence acharnée en matière de crédit, des coûts plus élevés et des incertitudes quant au Brexit ont pesé sur la rentabilité. Le bénéfice net a chuté de 36% outre-Manche, sous l'effet d'une charge de restructuration de 66 millions d'euros. En excluant cet impact, le bénéfice a baissé de 15%.

En Espagne, son deuxième marché, Santander a vu son bénéfice net reculer de 11%.

L'Amérique latine en pointe

Au Mexique, le bénéfice net a augmenté de 18%. Santander, qui, comme d'autres banques espagnoles, cherche des rendements potentiellement plus élevés en Amérique latine, a proposé de prendre le contrôle intégral de ses activités au Mexique. La banque espère réaliser environ 10% de ses bénéfices dans ce pays. Alors que des taux d'intérêt historiquement bas ont prévalu dans l'ensemble de la zone euro ces 10 dernières années, les taux de référence au Mexique atteignent 8,25%, leur plus haut niveau depuis la crise financière de 2007-2008.
Au Brésil, où Santander réalise désormais 29% de ses profits, le bénéfice net a progressé de 7% grâce à une croissance soutenue des prêts et malgré une certaine pression sur les prix.

Santander a bouclé le premier trimestre avec un ratio de fonds propres "core" Tier 1 de 11,25% contre 11,3% fin décembre, et de 11,02% en pleine application des normes IFRS 9.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com