Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Entreprises : le gouverneur de la Banque de France ne voit pas de "mur de faillites"

Entreprises : le gouverneur de la Banque de France ne voit pas de "mur de faillites"

"Un effet de rattrapage sur la période à venir ne signifierait pas une rupture économique, mais le retour à un rythme naturel", estime François Villeroy de Galhau.

Entreprises : le gouverneur de la Banque de France ne voit pas de 'mur de faillites'
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, veut relativiser le risque d'une montée des faillites des entreprises quand les aides d'Etat seront débranchées, estimant qu'une hausse des défaillances constituerait avant tout un retour à la normale. "Il faut éviter d'exagérer les alarmes", a-t-il dit lors d'un discours devant l'European Investment Bank (EIB) mardi.

François Villeroy de Galhau a rappelé que depuis mars 2020, le nombre de défaillances est "anormalement bas" et que si ce chiffre a augmenté sur les dernières semaines, il reste "significativement" inférieur à celui de 2019...

"Un effet de rattrapage sur la période à venir ne signifierait pas une rupture économique, mais le retour à un rythme naturel", a déclaré le gouverneur de la Banque de France. "Y a-t-il un risque d'aller au-delà de ce rattrapage, avec une hausse supérieure au 'déficit' de défaillances 2020 ? Rien ne peut être exclu, mais rien ne permet aujourd'hui de l'anticiper", a-t-il poursuivi...

Pas de mur de faillites

Le patron du Medef non plus ne croit pas à un "mur de faillites", quand l'Etat fermera le robinet des aides, comme le prédisent de nombreuses études ? "Je ne crois pas ", a répondu sur RTL le président du Medef. " La situation financière des entreprises en cash (trésorerie), pas en exploitation, est plutôt bonne à cause du PGE (prêt garanti par l'Etat) ", selon lui.

"Il y aura bien sûr une augmentation des faillites puisqu'il y a eu ce retard" avec une diminution du nombre de défaillances d'entreprises liée aux aides gouvernementales et à l'allongement des délais de déclaration de cessation de paiements en raison de la crise du Covid-19...

Sous surveillance

Les défaillances d'entreprises se sont maintenues à un niveau exceptionnellement bas en France au premier trimestre, mais le mois de mars a marqué une inflexion, avec une explosion des procédures et des liquidations, selon une analyse publiée par le cabinet d'études Altares publiée mi-avril...

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !