»
»
»
Consultation

En France, la réputation contribue à 38% de la capitalisation boursière du CAC40

En France, la réputation contribue à 38% de la capitalisation boursière du CAC40

Les 15 principaux indices boursiers mondiaux doivent plus d'un tiers de leur valorisation à la réputation d'entreprise, ce qui représente une valorisation de 16,77 milliards de dollars pour les actionnaires...

En France, la réputation contribue à 38% de la capitalisation boursière du CAC40
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — À l'échelle mondiale, plus d'une société sur cinq a subi une dégradation de sa capitalisation boursière en raison d'une mauvaise réputation. La valorisation boursière des secteurs technologiques, des télécommunications et de la santé a davantage bénéficié d'une réputation d'entreprise solide...

Les entreprises bénéficiant d'une bonne réputation sont davantage susceptibles de résister aux ondes de choc des marchés boursiers. C'est ce que révèle l'étude "What Price Your Reputation", réalisée par le réseau AMO du groupe Havas. Pour la première fois, une étude dévoile les facteurs clés de la réputation d'entreprise créant le plus de valeur pour les grandes firmes mondiales...

Cette étude analyse ainsi que sur une période d'une année se déroulant jusqu'au 31 mars 2019, la réputation d'entreprise représente 35,3% de la capitalisation totale des 15 principaux indices boursiers mondiaux, soit une valeur 16,77 milliards de dollars pour les actionnaires.
La valorisation boursière de près de 8 entreprises interrogées sur 10 a été positivement influencée par une réputation favorable sur cette période. Cette valorisation est équivalente à 17,2 milliards de dollars... Au cours de la même période, la valorisation associée à la réputation des 1.611 sociétés qui composent les 15 premiers indices mondiaux a augmenté de 2,1%. Le tout dans un contexte où la capitalisation boursière totale a diminué de 0,5%.

4 facteurs clés

Cette étude identifie quatre facteurs clés déterminant l'influence de la réputation d'entreprise sur les bourses mondiales : la perception qu'ont les investisseurs de la valeur de l'investissement à long terme (pour 13% de la valeur de réputation) ; la qualité de la gestion (12,5%) ; la solidité financière (12,2%) et la capacité du management (11,7%). Elle démontre donc le rôle moins important que des critères tels que la gouvernance ou la responsabilité sociale de l'entreprise, jouent aux yeux des investisseurs...

Stéphane Fouks, vice-président exécutif du groupe Havas et fondateur du réseau AMO commente : "Dans un monde de plus en plus complexe, marqué par des valorisations boursières fluctuantes, la réputation d'une entreprise est au coeur du jugement des investisseurs. Le rapport du réseau AMO détermine pour la première fois des indicateurs réputationnels clés qui impactent la valorisation boursière d'une entreprise."

"Lorsque les temps sont durs, ce sont les entreprises à la réputation solide qui surmonteront le plus efficacement la tempête, elles protégeront leur valorisation et sortiront gagnantes. Comprendre les facteurs qui influencent la valeur de la réputation de leur entreprise est crucial pour les dirigeants de toute société cotée en bourse."

Critères géographiques

Par ailleurs, l'étude évalue également l'influence des critères géographiques sur la réputation d'une entreprise. Parmi les 15 principaux indices boursiers nationaux, la réputation du FTSE 100 britannique contribue à hauteur de 47% à sa capitalisation boursière globale, alors qu'inversement, l'indice RTS du marché russe enregistre la contribution moyenne la plus faible avec seulement 13,8%.

En France, le CAC 40 voit sa réputation contribuer à hauteur de 38%... L'étude souligne également que les investisseurs sont particulièrement sensibles à certains facteurs réputationnels... Ceux-ci sont, en premier lieu, la compétitivité mondiale qui contribue à une hausse de 5% de la perception positive des investisseurs et entraîne une hausse de la capitalisation boursière estimée à 82 points de base.

Vient ensuite la valeur de l'investissement sur le long terme, qui engendre une hausse estimée à 76 points de base, suivi de l'innovation avec 71 points de base, et la qualité des biens et services avec 69 points de base.

D'un secteur à l'autre...

Enfin, les résultats de l'étude indiquent que la sensibilité des investisseurs à l'égard de la réputation d'entreprise varie d'un secteur d'activité à l'autre... Les secteurs dits de la "nouvelle économie" comme la technologie, les télécommunications et la santé sont des secteurs qui jouissent naturellement d'une réputation positive. Par exemple, le secteur technologique bénéficie d'une prime de réputation moyenne de plus de 43% par rapport à la valeur générée par les seuls paramètres financiers.

Des secteurs établis comme le pétrole et le gaz ne connaissent pas les mêmes avantages, ne voyant leur capitalisation boursière augmenter que de 25,2% en moyenne grâce à leur valeur réputationnelle...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com