Emploi : une prime de 1.000 euros en échange d'une formation pour les chômeurs de longue durée

Emploi : une prime de 1.000 euros en échange d'une formation pour les chômeurs de longue durée

Cette prime aura pour objectif d'encourager "les demandeurs d'emploi de longue durée à aller vers" des formations en entreprise avec une promesse d'embauche, a expliqué la ministre du Travail Elisabeth Borne.

Emploi : une prime de 1.000 euros en échange d'une formation pour les chômeurs de longue durée
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Afin d'inciter les demandeurs d'emploi de longue durée à se former aux métiers qui recrutent, une prime de 1.000 euros leur sera octroyée. La ministre du Travail Elisabeth Borne a annoncé la création de ce dispositif, en soulignant que le gouvernement souhaite "que les demandeurs d'emploi puissent bénéficier" de la "très bonne dynamique de la reprise".

"C'est pour cela qu'on a mis en place le plan supplémentaire" présenté fin septembre avec 800 millions d'euros pour former les demandeurs d'emploi et notamment ceux de longue durée, a-t-elle expliqué sur 'BFM Business'.

Cette prime, qui a ainsi pour but d'encourager "les demandeurs d'emploi de longue durée à aller vers" des formations en entreprise avec une promesse d'embauche, sera versée en deux fois : "la moitié au début, la moitié à la fin de la formation", a précisé la ministre.

Les secteurs en croissance concernés

L'idée est de parer à des frais éventuels qui pourraient freiner certains demandeurs d'emploi à profiter des dispositifs d'accompagnement. Des frais "parfois pour aller se former, mais aussi des coûts pour se déplacer", a-t-elle indiqué...

"Nous voulons les inciter à aller vers ces métiers qui recrutent, mais aussi lever les freins financiers", a souligné Elisabeth Borne. Les demandeurs qui pourront acquérir des compétences dans des secteurs en croissance (transition écologique, numérique, métiers du soin...) sont concernés.

40.000 contrats aidés

Revenant par ailleurs sur la question des contrats aidés, qui permettent aux entreprises qui embauchent un jeune de moins de 26 ans ou un travailleur handicapé de moins de 31 ans (CIE-Jeunes) de voir près de la moitié de son salaire pris en charge par l'Etat pendant 24 mois maximum, la ministre du Travail a salué les entreprises qui "ont joué le jeu pour les jeunes".

"Il y a 40.000 contrats de ce type qui ont été signés depuis le début de l'année. Pour vous donner un ordre de grandeur, en 2020, c'était 1.600 !", s'est félicitée Elisabeth Borne.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !