»
»
»
Consultation

Electricité : les Français dépensent en moyenne 960 euros par an

Electricité : les Français dépensent en moyenne 960 euros par an

Depuis 1960, la dépense a progressé en valeur de 9% en moyenne par an, selon l'Insee, avec une forte hausse de la consommation...

Electricité : les Français dépensent en moyenne 960 euros par an
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La facture d'électricité des Français devrait bientôt remonter... Le gouvernement a annoncé la semaine dernière que la hausse programmée des tarifs réglementés entrerait en vigueur "sans doute" à la mi 2019... Et le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a confirmé cette semaine cette volonté, évoquant la période estivale.

L'exécutif avait promis en décembre de ne pas appliquer la future augmentation, calculée par la Commission de régulation de l'énergie, durant l'hiver afin de ne pas attiser la crise des "Gilets jaunes", qui portait alors sur le pouvoir d'achat...

La hausse concerne tous les consommateurs résidentiels abonnés au tarif bleu d'EDF, soit 25,6 millions de foyers, ainsi que des petits professionnels (3,2 millions). Elle est estimée à environ 85 euros par an pour une famille qui se chauffe à l'électricité...

960 euros par an

Mais à combien s'élève la facture d'électricité des Français ? L'Insee s'est penché sur la question et estime qu'en 2016, un ménage dépensait en moyenne 960 euros par an, soit 2,3% de son budget de consommation... L'institut de la statistique est allé plus loin, pour voir comment ce poste avait évolué pour les Français au fil des années. Il en ressort que depuis 1960, il a bondi en valeur de 9% en moyenne par an, contre 7,3% pour l'ensemble de leur consommation.

L'insee rappelle que la part de l'électricité dans la consommation énergétique des ménages a considérablement augmenté depuis les années 1960, avec davantage de besoins (développement du chauffage, arrivée massive des appareils électroménagers...), au détriment du fioul notamment.

Après les périodes de chocs pétroliers, marquées par une forte hausse de la facture pour les consommateurs, les prix ont évolué de manière très modérée, puis ils ont nettement augmenté depuis le début des années 2010.

35% de taxes et prélèvements

"Entre 2009 et 2016, les prix de l'électricité (ont progressé) plus rapidement que l'inflation (+4,3% contre +0,5%), cela découle pour une grande part du quintuplement de la Contribution au service public de l'électricité (CSPE)", peut-on lire dans une note de l'Insee. Cette contribution acquittée par les consommateurs d'électricité permet, entre autres, de financer le surcoût de l'électricité d'origine renouvelable.

La hausse du prix de l'électricité au cours des dernières années s'explique également par celle, plus légère, des frais de réseau... En 2016, le prix de l'électricité en France se décomposait en trois parts quasiment égales : l'acheminement correspondant au Tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité (TURPE), la fourniture correspondant aux coûts d'approvisionnement et de commercialisation de l'électricité, et la fiscalité.

La part des taxes et prélèvements dans le prix total de l'électricité en France atteint 35% en 2016, contre 26% en 2010. Le constat est similaire pour l'ensemble de l'Union européenne, où cette part a atteint de 28% en 2010 à 36% en 2016.

Une facture plus basse que dans l'UE

Pourtant, le prix de l'électricité en France est inférieur de 20% à la moyenne européenne. Un ménage paye en moyenne son électricité un cinquième moins cher que dans l'ensemble de l'Union européenne et pratiquement moitié moins qu'un ménage allemand.

Ces prix bas sont dus à la spécificité du "mix électrique" français : pour accroître son indépendance énergétique après les premiers chocs pétroliers des années 1970, la France a davantage fait le choix de l'énergie nucléaire que les autres pays européens...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com