»
»
»
Consultation

Economie : la France rate son objectif de déficit public pour 2013

Economie : la France rate son objectif de déficit public pour 2013

L'Insee a annoncé un déficit public à 4,3% du PIB en 2013. Plus que les dernières prévisions...

Economie : la France rate son objectif de déficit public pour 2013
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Au lendemain du sévère revers électoral infligé au gouvernement lors des municipales, l'Insee annonce ce matin un déficit public plus élevé que prévu pour 2013. Le déficit s'est ainsi établi à 4,3% du PIB à la fin décembre dernier, après 4,9% fin 2012, 5,2% fin 2011 et 7% fin 2010. La tendance baissière est donc confirmée, mais l'objectif fixé n'est pas atteint, puisque Bercy tablait encore récemment sur un trou limité à 4,1% de PIB.

Mais compte tenu de la faiblesse de la croissance économique, les recettes fiscales ont été décevantes l'an dernier, avec une augmentation de 3,3% sur un an, contre +3,7% un an plus tôt. En revanche, les dépenses publiques (+2%) n'ont pas dérapé et ont atteint le niveau attendu. Ce résultat a été obtenu notamment grâce à une baisse de 9% des intérêts versés sur la dette, grâce à la baisse historique des taux d'intérêt. La faible inflation a aussi diminué la charge d'intérêts sur les emprunts d'Etat indexés sur la hausse des prix. Dans le même temps, les dépenses de fonctionnement de l'Etat ont augmenté de 1,9 % en 2013, ses consommations intermédiaires de 2,2% et ses rémunérations de 1,7%. Quant aux prestations sociales, elles ont progressé de 3%, en ralentissement par rapport à la hausse de 3,3 % de 2012, notamment grâce à une modération dans la branche famille.

La dette publique totale de la France (y compris celle des collectivités locales et des organismes sociaux) atteint désormais 93,5% de PIB à la fin 2014 contre 90,2% en 2012.

Des lendemains qui déchantent avec Bruxelles

Ces résultats vont rendre difficile les négociations entre le gouvernement et Bruxelles sur le désendettement de la France. L'objectif de revenir à 3% de déficit public à la fin 2015 pourra-t-il être tenu, surtout dans un contexte social dégradé en France ? Le nouveau gouvernement remanié devra résoudre la quadrature du cercle consistant à respecter ses engagements de réductions de 50 milliards d'euros de dépenses, tout en stimulant la croissance anémique et en tentant de calmer un électorat de plus en plus hostile à la gauche et au président François Hollande...

Ce matin, les ministres de l'Economie Pierre Moscovici, et du Budget Bernard Cazeneuve, ont réagi aux chiffres du déficit, en soulignant dans un communiqué sa “diminution régulière et significative (...) qui démontre que la gestion responsable des finances publiques par le Gouvernement a produit des résultats”. Ils ont assuré que “le redressement des comptes publics, engagé depuis 2012, se poursuit dans un contexte économique qui s'améliore graduellement”. Pendant ce temps, la presse de ce lundi matin spécule sur le remaniement ministériel imminent, qui pourrait notamment se traduire par un départ de Bercy de M. Moscovici...

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com