»
»
»
Consultation

Economie : l'OCDE prévoit des "temps plus difficiles"

Economie : l'OCDE prévoit des "temps plus difficiles"

Pour la 2ème fois en deux mois, l'OCDE a abaissé ses prévisions pour l'économie mondiale pour 2019. Les querelles commerciales et la hausse des taux sont montrées du doigt. L'Europe a plus de souci à se faire que les Etats-Unis...

Economie : l'OCDE prévoit des 'temps plus difficiles'

(Boursier.com) — Face à l'accumulation des risques pesant sur la croissance mondiale, les experts multiplient les révisions à la baisse de leurs perspectives... Ainsi, l'OCDE a réduit ses attentes pour la deuxième fois depuis septembre, tandis que de son côté, le FMI avait aussi revu à la baisse, début octobre, ses prévisions.

L'organisation pour la coopération et le développement économiques a amputé de 0,2 point, comme en septembre dernier, sa prévision de croissance mondiale, qui est ramenée à 3,5% pour 2019, alors qu'elle tablait encore sur 3,9% en juin.

Pour cette année, l'OCDE n'a pas modifié ses attentes, +3,7%, un niveau qu'elle avait légèrement abaissé, de 0,1 point, en septembre...

Tensions commerciales, taux et problème chinois

Face au risque d'un atterrissage plus brutal que prévu de la croissance mondiale, l'institution a appelé les gouvernements à "renforcer leur coopération et à se préparer à des temps plus difficiles", notamment pour réagir conjointement avec de la "relance budgétaire".

Au premier plan des risques pesant sur l'économie, figurent les tensions commerciales, mais aussi une hausse des taux d'intérêt américains plus forte qu'attendue (qui pénaliserait les pays émergents), ainsi qu'un ralentissement marqué de l'économie chinoise.

Les Etats-Unis moins affectés que la Chine et la zone euro

Cependant, l'OCDE n'a pas modifié ses prévisions pour les Etats-Unis, qui devraient encore croître de 2,9% cette année et de 2,7% l'an prochain. Pour la Chine, l'institution a légèrement abaissé ses prévisions à 6,6% cette année et à 6,3% en 2019, enlevant 0,1 point dans les deux cas.

En Europe, les perspectives s'assombrissent : l'économie de la zone euro ne devrait croître que de 1,9% en 2018, puis de 1,8% en 2019, soit 0,1 point de moins dans les deux cas par rapport aux pronostics de septembre.

Performances identiques

Pour 2018 comme pour 2019, l'Allemagne et la France devraient afficher des performances identiques, avec un PIB en hausse de seulement 1,6%, selon l'organisation. Les prévisions pour l'Allemagne ont été nettement abaissées, de 0,3 point cette année et de 0,2 point en 2019, après la chute surprise du PIB allemand de -0,2% au troisième trimestre. Pour la France, la prévision n'est pas changée pour 2018, mais elle a été amputée de 0,2 point pour l'an prochain.

Pour la Grande Bretagne, l'OCDE a maintenu sans changement sa prévision de 1,3% pour cette année, mais elle a relevé de 0,2 point à 1,4% celle de 2019, l'année où devrait se concrétiser le Brexit.

Le FMI s'inquiète des conséquences du populisme

Le 9 octobre, le FMI avait annoncé anticiper une croissance mondiale de 3,7% pour cette année (soit le même niveau qu'en 2017) et l'année prochaine, contre une précédente anticipation de 3,9%."Et des nuages s'annoncent à l'horizon. La croissance s'est avérée moins équilibrée qu'on ne l'espérait", s'était inquiété le Fonds monétaire international.

Le fonds avait été plus sévère pour les Etats-Unis que l'OCDE, estimant que la montée des droits de douanes entre les Etats-Unis et la Chine pèsera sur la croissance en 2019. Le FMI table ainsi sur une progression du PIB américain de 2,9% en 2018 (inchangé), mais de seulement 2,5% en 2019 (contre 2,7% espéré jusque là...).

La croissance chinoise attendue pour 2019 a aussi été révisée à la baisse de 0,2 point, à 6,2%. Le PIB de la zone euro est encore attendu par le FMI en progression de 1,9% (sans changement).

Le 9 novembre dernier, dans un entretien au journal 'Les Echos", Christine Lagarde, la directrice du FMI, avait invité les gouvernants à "davantage d'ouverture" économique pour lutter contre le populisme. Elle s'est dit "profondément préoccupée par l'évolution politique du monde, qui peut entraîner de lourdes conséquences économiques"...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com