»
»
»
Consultation

Ecomouv': des parlementaires veulent créer une commission d'enquête

Ecomouv': des parlementaires veulent créer une commission d'enquête

Les protestations ne se limitent plus à la seule Bretagne...

Ecomouv': des parlementaires veulent créer une commission d'enquête
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Malgré son report, l'écotaxe suscite toujours la polémique et n'éteint pas la colère des milieux agricoles. Des politiques entendent donc s'emparer du dossier, notamment concernant le contrat conclu avec Ecomouv'.

Le contrat Ecomouv' pose question

Face à la montée des critiques concernant la société Ecomouv', chargée de collecter le produit de cette taxe, des parlementaires entendent créer une commission d'enquête, comme le réclamait d'ailleurs Eva Joly, l'ex-candidate EELV à l'élection présidentielle. "Toute la logique du contrat" conclue en 2009 et acceptée par les ministres compétents à l'époque, dont l'ancienne ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, doit être revue, a estimé sur RMC et BFM Télé, Pierre Moscovici. "On peut s'étonner du fait qu'on ait confié la collecte d'une taxe qui est nationale à un fournisseur d'origine étrangère", a-t-il dit.

Eléments troublants

Ce week-end, 'Le Parisien' révélait des éléments troublants sur ce contrat... D'abord "la mission d'appui aux partenariats public-privé (PPP) avait, dans un rapport remis en février 2009 que nous avons pu consulter, relativisé l'intérêt d'un tel montage", pouvait-on lire dans les colonnes du quotidien. En outre, l'Etat aurait pu passer par un marché public, moins coûteux. 'Le Parisien' met en avant un autre élément "troublant" : les délais de réalisation, déterminants pour l'attribution du contrat ont été revus en cours de route...

Une facture qui s'alourdit

La société Ecomouv a installé 250 bornes et 180 portiques de contrôle équipés de caméras et systèmes de détection des poids lourds. Mais pour protester contre l'écotaxe de nombreuses installations ont été détruites... Pierre Mosococivi a promis que l'Etat les remplacerait et assumerait les frais qui y sont liés. D'autant que la contestation ne se limite plus à la Bretagne, gagnant le sud-ouest de la France : lundi, des bornes installées sur une départementale près de Mont-de-Marsan, dans les Landes, ont été incendiées, a fait savoir la gendarmerie à l'agence de presse Reuters.

©2013-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com