Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

EADS : le verdict approche sur le devenir du programme A400M

EADS : le verdict approche sur le devenir du programme A400M

Alors qu'une nouvelle réunion des Etats-clients de l'A400M est prévue aujourd'hui à Berlin, un audit fustige la gestion du programme de l'avion de transport militaire du groupe EADS

EADS : le verdict approche sur le devenir du programme A400M
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — EADS est sur des charbons ardents ! Alors qu'une nouvelle réunion des Etats-clients de l'A400M est prévue aujourd'hui à Berlin, un audit fustige la gestion du programme de l'avion de transport militaire... Selon l'audit de PricewaterhouseCoopers, évoqué ce matin dans la presse économique, EADS, maison mère d'Airbus, n'a pas mis en place des systèmes suffisamment efficaces pour superviser le coût du programme de l'A400M, qui a dérapé et pris plus de deux ans de retard.

EADS de son côté, reconnait des erreurs, mais estime qu'une grande partie de ses difficultés sont à mettre sur le compte d'interférences politiques... Une thèse que semble réfuter l'audit, pour lequel les dysfonctionnements sont surtout dus à de mauvaises techniques de management et à l'absence de mécanismes permettant d'évaluer l'avancement du programme.

Les révélations de ce rapport (qui a été remis à EADS fin 2009) apportent de l'eau au moulin des dirigeants politiques européens, qui souhaitent prendre en charge le moins de surcoûts possibles. Hier, le ministre de la Défense, Hervé Morin, a d'ailleurs affirmé qu'EADS devait prendre à sa charge une part "très significative" des surcoûts de l'A400M.

PricewaterhouseCoopers estime à 11 Milliards d'Euros le montant des investissements supplémentaires nécessaires dans ce programme, dont le budget initial était de 20 MdsE. Selon le cabinet d'audit, EADS serait en mesure de supporter jusqu'à 7,6 MdsE de pertes sur l'A400M. A noter que, pour l'instant, le groupe n'a provisionné que 2,4 MdsE en ce sens... Ses dirigeants ont menacé d'annuler purement et simplement le projet si aucun accord n'est trouvé avec les pays clients (France, Allemagne, Grande-Bretagne et Espagne notamment) avant la fin janvier...

©2010-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !