Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Du sang neuf à la présidence de l'Autorité de la concurrence

Du sang neuf à la présidence de l'Autorité de la concurrence

Les parlementaires ont approuvé la nomination d'Isabelle de Silva à la présidence de l'Autorité de la concurrence en remplacement de Bruno Lasserre, comme l'avait proposé François Hollande...

Du sang neuf à la présidence de l'Autorité de la concurrence
Crédit photo © Charles Platiau

(Boursier.com) — Le Parlement français a donné mercredi son feu vert à la nomination d'Isabelle de Silva à la présidence de l'Autorité de la concurrence en remplacement de Bruno Lasserre.

Les commissions des Affaires économiques de l'Assemblée et du Sénat ont chacune largement approuvé cette nomination envisagée par le président de la République.

L'article 13 de la Constitution prévoit que certaines nominations faites par le président de la République doivent être approuvées par les commissions ad hoc des deux assemblées.

Bilan positif

Âgée de 46 ans, membre de l'Autorité de la concurrence depuis 2014, Isabelle de Silva a été formée à l'Ecole nationale d'administration (Ena).

Elle a travaillé, entre 1999 et 2000, au cabinet de Catherine Trautmann, alors ministre de la Culture, puis dirigé les affaires juridiques au ministère de l'Ecologie entre 2009 et 2011.

De son côté, Bruno Lasserre quitte son poste sur un bilan conséquent : 5,8 milliards d'euros d'amendes ont été prononcés entre 2004 et mi-2016 sous sa présidence. Le montant le plus élevé s'élève à 950 millions, à l'encontre de P&G, Henkel et Colgate-Palmolive dans l'affaire du "cartel des lessives"...

Fin 2011, les quatre principaux fabricants de lessive présents sur le marché français, Unilever, Procter & Gamble, Henkel et Colgate Palmolive, avaient en effet été condamnés à verser une amende de 361,3 millions d'euros par l'Autorité de la Concurrence. Elle les accusait d'avoir coordonné leurs stratégies commerciales pour déterminer leurs prix de vente et leurs promotions dans la grande distribution...

Dossier record

Ce fonctionnement en cartel a duré de 1997 à 2004, hormis une période d'un peu moins d'un an dans l'intervalle, et portait sur les principales marques connues par le grand public (Ariel, Skip, Le Chat, Dash, Omo, Super Croix, Gama, Persil, et XTra) sous forme liquide, en poudre, ou en tablettes.

"Cette affaire est le plus important dossier de clémence que l'Autorité de la concurrence ait eu à connaître. C'est aussi la première fois qu'un cas de clémence instruit en France concerne un bien de consommation courante vendu au grand public", soulignait à l'époque le régulateur, qui évoquait ici le cas d'Unilever, totalement exempté de sanction pour avoir dénoncé le cartel...

C'est Procter & Gamble qui avait reçu l'amende la plus lourde, 233,6 millions d'euros, tandis que Henkel avait été condamné à verser 92,3 millions d'euros...

©2016-2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !