»
»
»
Consultation

Droits de douane : Trump cible cette fois le Mexique !

Droits de douane : Trump cible cette fois le Mexique !

Jusqu'à présent, Donald Trump a échoué à convaincre le Congrès de durcir les lois en matière d'immigration...

Droits de douane : Trump cible cette fois le Mexique !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le président Donald Trump avait promis hier jeudi de faire une annonce "spectaculaire" sur la question du mur qu'il entend construire à la frontière mexicaine, son obsession étant toujours d'"empêcher la drogue et les criminels d'entrer dans le pays"...

Promesse aussitôt tenue ce matin ! Donald Trump a en effet annoncé que les Etats-Unis prélèveraient à partir du 10 juin des droits de douane de 5% sur tous les produits importés du Mexique et que ces taxes, progressivement relevées, seraient en vigueur tant que les flux de migrants clandestins traversant le Mexique ne seraient pas stoppés...

Donald Trump avait déjà, un peu plus tôt dans l'année, menacé de fermer la frontière mexicaine ou d'imposer des droits de douane sur les voitures importées en provenance du Mexique si les autorités mexicaines n'étaient pas plus actives pour arrêter les fameuses "caravanes" de migrants venus d'Amérique centrale...

Coup de pression

"Les droits de douane vont progressivement augmenter jusqu'à ce que le problème d'immigration illégale soit résolu", auquel cas ces tarifs douaniers seront alors supprimés, a déclaré le président américain sur Twitter.

Dans un communiqué transmis par la Maison blanche, il a précisé que son administration allait relever les droits de douane à 10% au 1er juillet et qu'elle continuera de les augmenter chaque mois jusqu'à ce qu'ils atteignent 25% au 1er octobre prochain...

Des droits de douane de 25% resteront en vigueur tant que le Mexique n'aura pas "stoppé considérablement" le flux de migrants arrivant à la frontière avec les Etats-Unis, a-t-il ajouté...

Inquiétude à Mexico

Dans une lettre adressée à Donald Trump, le président mexicain a déclaré que le Mexique assumait ses responsabilités en faisant tout pour empêcher le passage de migrants tout en respectant les droits de l'homme. Andres Manuel Lopez Obrador a dit vouloir éviter une "confrontation" avec les Etats-Unis et a ordonné à son ministre des Affaires étrangères de se rendre dès ce vendredi à Washington pour des discussions...

Le ministère mexicain des Affaires étrangères a quant à lui dénoncé une mesure injustifiée, inattendue et "très extrême". Cela serait un "désastre" si Donald Trump venait effectivement à mettre en oeuvre sa menace, a déclaré le ministre adjoint des Affaires étrangères, Jesus Seade. Il a ajouté que Mexico privilégiait la conclusion d'un accord commercial mais était prêt à répondre "avec fermeté".

Donald Trump, qui entend lutter contre le flux de migrants venus d'Amérique centrale pour demander l'asile sur le territoire américain, a jusqu'à présent échoué à convaincre le Congrès américain de durcir les lois en matière d'immigration et de lui allouer les fonds pour la construction d'un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique.

Urgence nationale

Jusqu'à présent, Donald Trump a échoué à convaincre le Congrès de durcir les lois en matière d'immigration et de lui allouer les fonds pour la construction d'un mur à la frontière mexicaine.

Exaspéré par le refus du Congrès de débloquer les fonds nécessaires à la construction du mur, le président a invoqué une "urgence nationale" pour ordonner la réaffectation de 6,7 milliards de dollars déjà approuvés à d'autres fins...

Un mur "privé"

Ses supporters ont également décidé de passer à l'action. Grâce aux dons de plus de 260.000 personnes, récoltés sur internet, une organisation de soutien au président vient de débuter la construction de portions de mur le long de la frontière avec le Mexique, près d'El Paso (Texas), pour stopper l'immigration clandestine...

Une première portion s'élève ainsi, avec des grilles hautes d'une dizaine de mètres, équipées de projecteurs à détection de mouvements, entre les États américains du Nouveau-Mexique et du Texas. Ce segment est long d'un peu moins d'un kilomètre, et a coûté 6 millions de dollars, grâce à des fonds 100% privés. La construction d'une seconde portion doit bientôt débuter...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com