Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Drogues : le marché européen s'est aussi adapté à la crise sanitaire !

Drogues : le marché européen s'est aussi adapté à la crise sanitaire !

Utilisation des messageries cryptées et des réseaux sociaux, bond de l'usage des médicaments... L'Observatoire européen des drogues montre que les trafiquants et les consommateurs ont modifié leurs habitudes.

Drogues : le marché européen s'est aussi adapté à la crise sanitaire !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — "Les trafiquants de drogue se sont adaptés aux restrictions de déplacement et à la fermeture des frontières", écrit l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA), dans son rapport annuel.

Sur le plan du commerce de gros, les itinéraires et les méthodes ont été modifiés, avec une plus grande dépendance vis-à-vis des chaînes d'approvisionnement commerciales, via notamment les conteneurs maritimes intermodaux, et un moindre recours aux passeurs (mules).

Messageries cryptées et réseaux sociaux

Les réseaux se sont par ailleurs convertis au numérique... "Bien que les marchés de vente au détail de rue aient été perturbés au cours des premiers confinements et que certaines pénuries aient été constatées localement, les vendeurs et les acheteurs de drogue semblent s'être adaptés en utilisant davantage les services de messagerie cryptée, les applications des réseaux sociaux, les sources en ligne et les services de livraison par courrier et à domicile", note l'observatoire.

Sans surprise, il semble que les usagers se soient moins intéressés aux drogues habituellement associées à des événements récréatifs, comme la MDMA/ecstasy, au profit de celles liées à un usage à domicile.

L'analyse des échantillons d'eaux usées, effectuée dans certaines villes, montre que les niveaux d'utilisation de la plupart des drogues ont été généralement plus faibles pendant les confinements initiaux, avant de rebondir une fois les restrictions levées...

Davantage d'alcool et de benzodiazépines

Les données d'enquêtes en ligne menées auprès de personnes qui déclarent consommer des drogues suggèrent également une plus grande consommation d'alcool et une plus grande expérimentation des psychédéliques, tels que le LSD et le 2-CB (2,5-diméthoxy-4-bromophénéthylamine), et des drogues comme la kétamine - sans doute plus adaptées à la consommation à domicile...

Parmi les évolutions inquiétantes possibles associées à la pandémie, les auteurs du rapport observent également que certains pays pourraient voir une augmentation de la disponibilité et de la consommation de crack. Autre enseignement de cette étude : un bond de l'utilisation de benzodiazépines détournés de leur usage thérapeutique, "ce qui peut refléter des problèmes de santé mentale entrainés par la pandémie".

Les saisies

En 2019 (derniers chiffres disponibles), environ 1,1 million de saisies ont été signalées en Europe, la plupart concernant des dérivés du cannabis. La majorité des saisies signalées concerne de petites quantités de drogues confisquées aux usagers, tandis qu'un nombre relativement faible d'envois de plusieurs kilogrammes représente la majeure partie de la quantité totale de drogues saisies.

Les États membres de l'UE ont déclaré 326.000 saisies de résine de cannabis en 2019, soit 465 tonnes, et 313.000 saisies d'herbe de cannabis, soit 148 tonnes...

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !