Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Distribution : les ventes ont grimpé de 38% sur une semaine !

Distribution : les ventes ont grimpé de 38% sur une semaine !

Selon le cabinet Nielsen, le chiffre d'affaires a dépassé 2,7 milliards d'euros durant la semaine qui a précédé la mise en place du confinement, contre 2 milliards d'euros en moyenne.

Distribution : les ventes ont grimpé de 38% sur une semaine !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — C'est du jamais vu en France ! Entre le 9 et le 15 mars, soit la semaine qui a précédé la mise en place du confinement contre la pandémie de coronavirus, les ventes de produits de grande consommation ont bondi au total de 38% en valeur par rapport à la même semaine de 2019, comme l'a révélé le cabinet Nielsen dans sa dernière étude...

"Lors de cette semaine atypique, le chiffre d'affaires a dépassé 2,7 milliards d'euros, alors qu'en moyenne le chiffre d'affaires hebdomadaire est de l'ordre de 2 milliards d'euros", a ainsi indiqué le cabinet.

Dans le détail, la hausse a atteint 37% environ en hypers au cours de cette semaine et 44% en supermarchés. Ces niveaux, sans précédents, ont également été observés pour les supérettes. L'augmentation n'atteint toutefois que 12% pour les supermarchés à dominante marque propre (SDMP), comme Aldi ou Lidl.

Des "achats de panique" à chaque déclaration du gouvernement

Comme pour la semaine passée, les Français se sont de nouveau précipités sur les produits alimentaires non périssables, comme les pâtes, et les produits d'hygiène lors de la semaine qui a précédé le confinement.

Pour le rayon consacré à l'épicerie salée, le chiffre d'affaires a progressé de 71%. L'hygiène-beauté a vu ses ventes grimper de 85%. Le rayon papier (toilette) a, lui seul, enregistré une hausse de 69%.

Pour les rayons des alcools (+7%) et des glaces (+9%), qui avaient jusqu'ici peu profité des achats de précaution, des hausses ont également été constatées.

Même si les chiffres pour la semaine du 16 au 20 mars ne sont pas encore disponibles, les auteurs de l'étude ont déjà constaté des "achats de panique", à chaque déclaration du président de la République ou du Premier ministre, les 12, 14 puis 16 mars.

Pas de flambée des prix en rayons

Le cabinet anticipe ainsi "des temps forts très différents - avec un avant et un après mardi 17 mars à midi - entre la frénésie du début de semaine et l'entrée des Français dans la période de confinement".

Par ailleurs, si les ventes sont bien plus élevées que d'habitude, aucune hausse n'a été constatée. "Jusqu'ici, malgré les craintes et rumeurs qui ont circulé, la France n'a pas eu à souffrir de pénurie ni même de ruptures significatives, à l'exception de quelques catégories de produits, en particulier sur les sites des drives, difficilement accessibles et avec un assortiment réduit", a expliqué Daniel Ducrocq, directeur des services à la distribution interrogé par le cabinet Nielsen.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !