Des soldes décevants, après 5 mois de fermeture des magasins

Des soldes décevants, après 5 mois de fermeture des magasins

Selon un premier bilan, les soldes d'été qui ont débuté le 30 juin ne compenseront pas les pertes de chiffre d'affaires du premier semestre. Les commerçants sont inquiets.

Des soldes décevants, après 5 mois de fermeture des magasins
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Des soldes ratés, malgré le décalage au 30 juin, après 5 mois de fermetures des magasins en France. Trois semaines après le démarrage des rabais, les commerçants sont très pessimistes car ils n'ont pas retrouvé leur niveau d'activité de 2019. Les clients se sont précipités dans les magasins le 19 mai, avant de bouder progressivement les boutiques...

Sur les 15 premiers jours de soldes, la progression des ventes n'a été que de 4,5% par rapport à une année 2020 déjà très compliquée, estime la Fédération nationale de l'habillement, qui représente 40.000 points de ventes et 13 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Boom au mois de mai

"Il y a eu un boom au mois de mai car tout le monde avait envie de consommer (...) mais on voit que cet effort de consommation de soldes s'est ensuite arrêté", a expliqué Étienne Djelloul, vice-président de la Fédération nationale de l'habillement, sur BFM Business.

Cité par l'AFP, Yohann Petiot, directeur général de l'Alliance du commerce (commerces d'habillement, de chaussures et de centre-ville) estime aussi que "les soldes ont très mal commencé et après environ trois semaines, au 17 juillet, on est à -12 % de chiffre d'affaires par rapport à 2019 et -28 % de trafic en moins, selon notre panel Retail Int".

Les clients sont perdus

Les commerçants, même s'ils n'étaient pas tous d'accord sur le décalage du premier jour des soldes, se retrouvent pour dire que les consommateurs sont perdus dans un calendrier rempli de périodes de promotions, ventes privées et autres rabais.

"La FNH avait demandé un décalage au 14 juillet comme l'année dernière, pour avoir une vraie consommation, puisqu'on est dans la saisonnalité. Soyons un peu réels, revenons sur des dates réelles. On va s'améliorer, on va trouver un terrain d'entente pour retrouver des dates logiques de consommation", a estimé Étienne Djelloul sur BFM Business.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !