Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Défense : Airbus, Dassault et Finmeccanica lèvent le voile sur leur projet de drone européen !

Défense : Airbus, Dassault et Finmeccanica lèvent le voile sur leur projet de drone européen !

Ils ont adopté une approche commune pour développer le drone européen de prochaine génération”, baptisé MALE 2020.

Défense : Airbus, Dassault et Finmeccanica lèvent le voile sur leur projet de drone européen !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Mieux vaut tard que jamais ! Face à la domination des drones américains et israéliens, trois groupes européens viennent de remettre un projet commun pour développer un drone européen de nouvelle génération. Longtemps rivaux sur ce marché, Airbus Defence and Space, Dassault Aviation et l'italien Alenia Aermacchi (groupe Finmaccanica) ont ainsi annoncé avoir désormais adopté “une approche commune pour développer le drone européen de prochaine génération”, baptisé MALE 2020.

Accord industriel

Dans un communiqué commun, les trois industriels, annoncent avoir remis “une proposition de définition plus approfondie d'un système de drone européen auprès des ministères français, allemand et italien de la Défense”. Ils précisent que cette proposition est étayée par un accord industriel sur le partage des tâches et un accord de coopération pour lancer le programme MALE (moyenne altitude, longue endurance), un drone d'observation en haute définition 24 heures sur 24.

En juin 2013, à l'occasion du Salon du Bourget, Airbus, Dassault et Finmaccanica s'étaient engagés à mettre leurs efforts en commun, après que plusieurs pays européens, dont la France eurent décidé d'acheter des drones américains et israéliens face à l'absence d'offre européenne satisfaisante. Pour faire face à ses engagements croissants dans des conflits à l'étranger, la France a ainsi signé dans l'urgence en mai 2013 l'achat de deux MALE “Reaper” à l'américain General Atomics, dont le premier exemplaire a été livré fin décembre et opère actuellement dans le Sahel.

Blocages politiques

Le retard accumulé par l'Europe en matière de drones est attribué en partie à une rivalité entre les industriels de la défense, mais aussi à des blocages politiques et aux réserves de certains dirigeants militaires vis-à-vis de l'utilisation massive de drones dans les armées modernes.

Cette fois, côté industriel, on assure donc être sur la même longueur d'onde, et l'on attend désormais des dirigeants français, allemands et italiens qu'ils “définissent et ajustent leurs expressions de besoin en faveur d'un drone européen en concertation avec leurs forces armées respectives et l'industrie européenne”. Si l'engagement des trois nations à construire ce drone est officialisé, les industriels prévoient de “livrer une solution certifiable et économiquement viable d'ici 2020”.

Cité par le communiqué commun, Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, a réagi en saluant une “occasion unique” pour l'Europe, soulignant que “pour la première fois, l'industrie démarre un projet avec un accord complet sur le partage général des tâches du programme MALE 2020”. Rappelons que Dassault a développé parallèlement un drone de combat, baptisé nEUROn, qui a effectué son premier vol d'essai en avril, évoluant en formation avec des chasseurs Mirage 2000.

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com