»
»
»
Consultation

De la robustesse des banques françaises (Etude)

De la robustesse des banques françaises (Etude)

Eric Dor, Directeur des études économiques à l'IESEG School of Management, fait le point...

De la robustesse des banques françaises (Etude)
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'autorité bancaire européenne a publié les résultats de son exercice de transparence, vendredi 14 décembre. Sur cette base il est possible d'examiner la situation des banques françaises, et de la comparer à celles des banques des autres pays, rapporte Eric Dor, Directeur des études économiques à l'IESEG School of Management, qui fait le point...

Fonds propres

Les fonds propres d'une banque sont la différence entre ses actifs et ses dettes. Les actifs comprennent les prêts que la banque a octroyés à la clientèle et qui doivent encore lui être remboursés, la valeur des titres financiers qu'elle a acquis, celle de ses immeubles, et bien d'autres choses...

Les dettes sont censées comporter tout ce que la banque doit inconditionnellement à d'autres agents, comme l'encours des dépôts de ses clients ou la valeur de remboursement des obligations "senior" qu'elle a émises, par exemple. Par opposition à ces dettes, les fonds propres d'une banque représentent le reste du financement de ses actifs par la banque, collecté sans impliquer aucune obligation pour elle de rendre l'entièreté de l'argent ainsi obtenu à une certaine date...

Par exemple, la valeur pour laquelle de nouvelles actions sont émises, et vendues par la banque à des investisseurs, représente un financement de celle-ci par fonds propres. De la même manière, si la banque réalise des bénéfices après impôts durant un exercice, la partie de ceux-ci qui n'est pas distribuée vient augmenter l'actif du bilan, et, au passif, vient augmenter les fonds propres.

Rôle de fonds propres

En cas de perte de la banque sur ses actifs, et donc de diminution de ceux-ci, les fonds propres au passif sont réduits en compensation, sans aucun problème légal puisque, justement, il n'y a aucune obligation pour la banque de les rendre à quiconque... C'est justement le rôle de fonds propres suffisants de pouvoir absorber les pertes sans mettre en danger le remboursement des dettes inconditionnelles de la banque, comme les dépôts des clients.

Le capital CET1, ou common equity tier1, est le capital de base. Il est composé des actions ordinaires, des bénéfices mis en réserve au lieu d'être distribués, des autres éléments du résultat global accumulés, des autres réserves, des fonds pour risque bancaire, comme l'indique le règlement CRR. Le principe est que ces instruments de fonds propres de catégorie 1 puissent être utilisés tout de suite et sans restriction par la banque pour couvrir des pertes.

Une notion moins restrictive, et qui englobe donc la précédente, est le capital tier1. Il est formé du capital CET1 et de catégories éligibles de titres émis par la banque, les AT1 pour additional tier1, comme certaines formes d'obligations subordonnées convertibles ou d'actions préférentielles.

Les cocos, convertible contingent bonds, ou obligations convertibles contingentes, représentent le meilleur exemple de telles catégories de capital AT1 : Ce sont des obligations qui peuvent être autoritairement converties en actions, ou effacées, si les fonds propres CET1 diminuent et se retrouvent en dessous d'une certaine limite prédéterminée. Le paiement de leur coupon peut également être suspendu sous certaines conditions...

Les fonds propres totaux sont formés du capital tier1 et du capital tier2, composé d'instruments encore moins restrictifs, donc moins directement et rapidement disponibles pour éponger des pertes.

Les régulateurs des banques imposent à celles-ci d'avoir suffisamment de fonds propres pour pouvoir éponger des pertes potentielles, sans mettre en danger la possibilité pour les banques de rembourser les dépôts des clients. Très logiquement, les exigences des régulateurs se concentrent particulièrement sur les fonds propres cet1, même si elles portant également sur le tier1 global et les fonds propres totaux comprenant aussi le tier2.

Quels risques ?

*Les exigences de fonds propres des régulateurs sont exprimées sous la forme d'un plancher pour le ratio des fonds propres CET1 rapporté aux actifs pondérés par le risque... Ceux-ci sont la somme des différentes catégories d'actifs de la banque, pondérées chacune par un coefficient de risque global. L'idée est donc que plus une catégorie d'actifs présente un risque élevé de pertes pour la banque, plus cette catégorie doit être couverte par des fonds propres, censés pourvoir éponger ces pertes potentielles.

Le ratio de fonds propres CET1, calculé comme les fonds propres CET1 divisés par les actifs pondérés par les risques, représente donc la mesure de solvabilité d'une banque communément utilisée, pour apprécier la solidité de celle-ci...

Il est d'abord utile de comparer les ratios moyens de fonds propres "Common Equity Tier 1", ou CET1, en proportion des actifs pondérés par les risques, pour les différents pays européens.

Les fonds propres CET1 et les actifs pondérés par les risques, ou "risk weighted assets", peuvent être calculés d'emblée d'après les normes obligatoires à partir de 2019. Dans ce cas l'indicateur est "fully loaded". Pendant la période de transition, ces éléments peuvent toutefois encore être calculés autrement d'après des règles transitoires, qui peuvent différer d'après les banques et les pays. L'indicateur est alors "transitoire". On peut d'abord comparer le capital CET1 fully loaded...

Ratios prudentiels bien supérieurs aux minima requis pour les banques françaises...

Les banques françaises sont classées en Europe avec celles dont les actifs pondérés par le risque sont les moins couverts par des fonds propres CET1, même si leurs ratios prudentiels sont bien supérieurs aux minima requis...

On observe que les très grandes banques BNP Paribas et Société Générale sont relativement peu capitalisées comparées aux autres banques françaises, même si leurs coefficients de fonds propres sont supérieur aux exigences légales.

Cette observation est également pertinente lorsqu'on élargit le périmètre de référence à l'ensemble des banques européennes. Sur 130 banques analysées par l'EBA, classées par ordre décroissant de leur coefficient de fonds propres CET1 en normes fully loaded, BNP Paribas est 113ème et Société générale est 119ème...

Une autre manière d'apprécier la suffisance des fonds propres d'une banque est de les comparer à leur actif total ou exposition totale, plutôt qu'à leurs actifs pondérés par les risques. On définit alors le ratio de levier comme les fonds propres "tier 1" divisés par l'exposition totale.

Un coefficient de levier très bas

En moyenne, les banques françaises ont un coefficient de levier très bas, comparé à la plupart des autres pays européens.

Leurs fonds propres tier 1 représentent moins de 5% de leurs actifs. Le coefficient de levier des banques allemandes est cependant encore légèrement inférieur à celui des banques françaises.

Qualité des actifs

Le pourcentage de prêts improductifs, sur lesquels les débiteurs sont en retard de paiement supérieur à 90 jours ou dont la récupération du principal est peu plausible, est relativement réduit pour les banques françaises, mais reste quand même supérieur à celui de plusieurs pays européens...

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com