Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Crédits immobiliers : le patron de la Banque de France hausse le ton !

Crédits immobiliers : le patron de la Banque de France hausse le ton !

La baisse historique des taux d'intérêt de ces dernières années a conduit de nombreux ménages français à contracter des crédits.

Crédits immobiliers : le patron de la Banque de France hausse le ton !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau met une nouvelle fois en garde les banques à propos des crédits immobiliers. Les établissements français doivent exercer une vigilance accrue sur les enveloppes qu'elles accordent à leurs clients ou pourraient être contraintes de provisionner une "surcharge en capital" pour les prêts non conformes, a-t-il indiqué lors de sa cérémonie des voeux à la place financière...

La baisse historique des taux d'intérêt de ces dernières années a conduit de nombreux ménages français à contracter des crédits pour financer l'achat d'une maison ou refinancer de précédents prêts.

En un an, les crédits immobiliers en France ont bondi de près de 7%, poussant les cours de l'immobilier et portant l'endettement des ménages à des niveaux record...

Risque de surchauffe

Face à ce risque de surchauffe, le Haut conseil de stabilité financière a recommandé le mois dernier que les remboursements liés à un crédit immobilier soient strictement plafonnés à 33% des revenus des ménages et que la durée d'un prêt n'excède pas 25 ans (5% des crédits dépassent cette durée).

A noter cependant que pour le HCSF, jusqu'à 15% de la production de crédits pourrait s'écarter du strict respect de ces critères, dont les trois-quarts réservés exclusivement aux primo-accédants et aux acquéreurs de leur résidence principale, dans la limite d'un endettement inférieur à 7 années de revenus.

La recommandation, a souligné François Villeroy de Galhau, "s'applique à tous les nouveaux prêts déposés depuis ce mois de janvier. Cela veut dire, en clair, que des dérives doivent s'arrêter, et des comportements doivent changer, vite".

De meilleurs tarifs

"Sinon, nous passerions à une surcharge en capital pour les prêts non conformes, même si cela ne fait pas partie de mes voeux", a-t-il prévenu... Il a également demandé aux banques de mieux gérer leur tarification de sorte que leurs marges soient suffisantes "pour couvrir les coûts et les risques associés aux crédits immobiliers".

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com