Covid-19 : Valérie Pécresse réclame 1,3 milliard d'euros à l'Etat pour soutenir les transports en Île-de-France

Covid-19 : Valérie Pécresse réclame 1,3 milliard d'euros à l'Etat pour soutenir les transports en Île-de-France

"Le soutien des transports en commun en Île-de-France est urgent", a estimé Île-de-France Mobilités (IDFM), l'autorité organisatrice des transports franciliens...

Covid-19 : Valérie Pécresse réclame 1,3 milliard d'euros à l'Etat pour soutenir les transports en Île-de-France
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Alors que la fréquentation n'est toujours pas revenue à la normale avec l'épidémie de Covid-19, Île-de-France Mobilités (IDFM), l'autorité organisatrice des transports franciliens, présidée par Valérie Pécresse, a interpellé l'Etat, réclamant à nouveau une subvention de 1,3 milliard d'euros pour compenser les pertes liées à la crise sanitaire.

Réunis en conseil d'administration mardi, les élus ont en effet voté un voeu en ce sens : "Le recul des deux principales ressources d'Île-de-France Mobilités, à savoir les recettes tarifaires et le versement mobilité, s'élèverait à 1,3 milliard d'euros en 2021" par rapport à la normale et dans l'hypothèse d'une fin d'année sans nouveau confinement, détaille IDFM, cité par 'Le Parisien'.

Il y a un an, la présidente (Libres!) de la région Île-de-France, réélue fin juin, avait déjà demandé au gouvernement de compenser les pertes. Pour celles de 2020, IDFM avait pour rappel reçu de l'Etat 1,45 milliard d'euros de remboursement anticipé et 150 millions de subvention...

Un coût de fonctionnement de plus de 10,5 milliards d'euros par an

"Le soutien des transports en commun en Île-de-France est urgent et participe à la relance de l'économie tant francilienne que nationale", estime IDFM dans un communiqué, affirmant que le coût de fonctionnement du système de transport est évalué à plus de 10,5 milliards d'euros chaque année.

Ce coût "est financé par les collectivités locales (Région, Départements et Ville de Paris), les employeurs via une taxe (le versement mobilité, anciennement versement transport) et via la prise en charge de 50% du coût de transport de leur personnel et la vente des titres de transports", rappelle l'autorité.

Le prix du pass Navigo revu à la hausse ?

Valérie Pécresse avait d'ores et déjà tiré le signal d'alarme le mois dernier, demandant à l'Etat de "compenser 100%" des pertes. La présidente de la région Île-de-France avait estimé que, sans ce coup de pouce, le prix du pass Navigo pourrait être revu à la hausse.

"Sans cet argent, il faudra décaler certains investissements, augmenter le passe Navigo ou diminuer l'offre. Ce sont des options que je refuse. C'est pourquoi j'exige un deuxième plan de renflouement", avait-elle expliqué...

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !