Covid-19 : pas d'allègement du "pass sanitaire" avant le 15 novembre

Covid-19 : pas d'allègement du "pass sanitaire" avant le 15 novembre

"L'heure de lever les contraintes n'est pas venue", a affirmé le porte-parole du gouvernement à l'issue du Conseil des ministres...

Covid-19 : pas d'allègement du 'pass sanitaire' avant le 15 novembre
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Il faudra encore patienter... Alors que le ministre de la Santé Olivier Véran avait demandé il y a quelques jours au Conseil scientifique de plancher sur la possibilité d'un allégement ou d'une localisation de l'utilisation du pass sanitaire, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a prévenu qu'une adaptation du dispositif n'est pas envisagée avant le 15 novembre.

"Nous devons la vérité aux Français : l'heure de lever les contraintes n'est pas venue", a-t-il affirmé à l'issue du Conseil des ministres ce jeudi, précisant ainsi que "s'il devait y avoir une adaptation du "pass sanitaire", elle ne serait pas envisagée avant le 15 novembre".

"Dès lors que nous pouvons nous débarrasser d'une contrainte nous le faisons", a rappelé le porte-parole, avant d'assurer : "quand les scientifiques nous diront que c'est possible, nous allégeons... Aucune mesure n'est éternelle".

"Dans beaucoup de départements, l'épidémie ne recule plus"

Nous avons demandé un avis au Conseil scientifique qui nous a été remis hier, il nous appelle à la prudence. Avec l'hiver, l'épidémie peut repartir", a-t-il encore détaillé. "Le Conseil scientifique préconise plutôt des mesures nationales, mais par secteurs", a également indiqué le porte-parole, précisant que certains départements restaient sous étroite surveillance.

Selon Gabriel Attal, "dans beaucoup de départements, l'épidémie ne recule plus et la situation interpelle dans plusieurs départements, dont les Pays de la Loire et l'Aude". "L'accalmie est loin d'être totale sur l'ensemble du territoire national : en Guyane, le taux d'alerte et le taux de couverture vaccinale restent désespérément faibles", a-t-il ajouté.

Le porte-parole du gouvernement a également tenu à rappelé l'importance de la vaccination pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. "Sur 4,5 millions de personnes éligibles, environ 1,5 million ont fait leur dose de rappel. Ce n'est pas encore assez", a-t-il pointé...

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !