Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Covid-19 : les festivals d'été sont autorisés "sous conditions", certains préfèrent jeter l'éponge

Covid-19 : les festivals d'été sont autorisés "sous conditions", certains préfèrent jeter l'éponge

Les festivals pourront bien se tenir cet été, mais ils seront en plein air et les 5.000 spectateurs par jour maximum devront être assis. Certains organisateurs estiment que ces contraintes sont impossibles à mettre en place...

Covid-19 : les festivals d'été sont autorisés 'sous conditions', certains préfèrent jeter l'éponge
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — De bonnes et mauvaises nouvelles pour les festivaliers... Sauf retournement de situation et aggravation de l'épidémie de Covid-19, les festivals estivaux français pourront se tenir cette année, mais sous conditions : avec une jauge maximale de 5.000 spectateurs, dans une configuration assise et avec une distanciation sociale, a annoncé le ministère de la Culture.

Les professionnels des festivals, qui demandaient de la clarté de la part du gouvernement, ont été reçus jeudi par la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, pour évoquer la possibilité de la tenue de ces événements cet été malgré les restrictions sanitaires liées au coronavirus...

"Il est indispensable de pouvoir donner de la visibilité aux festivals qui doivent, en ce début d'année, décider de la tenue et du format de leur édition 2021, même si la pandémie de Covid-19 continuera à faire peser des incertitudes", a estimé le ministère.

Certains festivals d'été ne veulent pas restés assis

Ce vendredi, Les Vieilles Charrues ont annoncé que la 29e édition aura bien lieu du 8 juillet au 18 juillet 2021, en 10 soirées de concerts. Si ces règles semblent convenir à de nombreux organisateurs, certains d'entre eux, parmi les plus gros, ont en revanche déjà annoncé l'annulation de l'édition 2021 de leur festival, estimant que les contraintes annoncées par le ministère de la Culture sont impossibles à mettre en place.

"C'est une catastrophe, la nuit est passée mais je suis encore sous le choc et je ne suis pas le seul", a indiqué ce vendredi sur 'France Bleu' Rémi Perrier, vice-président du comité festival du Prodiss, le syndicat national du spectacle musical et de variété.

"C'est impossible... C'est une méconnaissance de ce qu'est la vie d'un festivalier. Un festivalier n'est pas un spectateur de théâtre, c'est quelqu'un qui vient vivre quelque chose avec de l'interaction sociale et le message qu'on envoie à notre jeunesse c'est qu'elle sera assise cet été, qu'elle ne pourra pas voir les musiques qu'elle adore et qu'elle sera assise à un siège voire deux de ses voisins", a regretté Jean-Paul Roland, le directeur des Eurockéennes de Belfort.

Et si la situation sanitaire venait à se détériorer ?

Pour rappel, un couvre-feu de 18h00 à 6h00 du matin est toujours en vigueur en France, tandis que les restaurants, bars, musées et salles de concert sont fermés et les rassemblements limités à 1.000 personnes... Si la situation sanitaire venait à se détériorer, la jauge de public et les protocoles sanitaires seraient modifiés, a indiqué le ministère de la Santé.

Par ailleurs, un fonds de 30 millions d'euros sera instauré pour les festivals qui adapteront leur événement ou qui se verront dans l'obligation d'annuler dans l'hypothèse d'une dégradation de la situation sanitaire.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !